France – Mort d’Adama Traoré : l’autopsie montre qu’il « n’a pas subi de violences »

Par Jeune Afrique avec AFP

Le procureur Yves Jannier, à Salé, au Maroc, le 30 juin 2011. © afp.com - ABDELHAK SENNA

La justice française a écarté jeudi l'hypothèse de la bavure après la mort d'un jeune homme de 24 ans lors de son interpellation par les gendarmes dans la banlieue nord de Paris.

« L’autopsie du jeune homme montre qu’il souffrait d’une infection très grave ayant atteint plusieurs organes et n’a pas subi de violences contrairement à ce que certains membres de sa famille ont pu dire », a annoncé, jeudi 21 juillet, le procureur de Pontoise, Yves Jannier. « Elle fait en outre apparaître que manifestement cette personne n’aurait pas subi des violences. Des égratignures ont été constatées, mais rien de significatif », a-t-il ajouté. « La cause de sa mort semble médicale chez un sujet manifestement en hyperthermie au moment où il a été examiné par les services de secours », a poursuivi le magistrat.

Cette explication a aussitôt été rejetée par les proches du jeune homme. « L’infection dont pourrait avoir souffert Adama Traoré n’explique pas les causes de la mort », a dit à l’AFP l’avocat de la famille, Karim Achoui. « On recherche les causes de la mort et là on nous donne son état de santé », a-t-il ajouté. Me Achoui a annoncé qu’il allait demander une contre-expertise avant l’inhumation du corps.

#JusticePourAdama

Depuis le décès du jeune homme, des violences ont éclaté deux nuits de suite dans plusieurs communes voisines. Dans la nuit de mercredi à jeudi, neuf personnes ont été placées en garde à vue pour des faits d’attroupements armés, incendies volontaires et jets d’objets incendiaires sur les forces de l’ordre, selon les autorités.

La mort du jeune homme a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, autour du hashtag #JusticePourAdama, parfois associé à #BlackLivesMatter, habituellement utilisé pour dénoncer les brutalités policières contre les Africains-Noirs aux États-Unis.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici