Attaque à la hache en Allemagne : une famille hongkongaise témoigne

Par Jeune Afrique avec AFP

La gare d'Ochsenfurt, en Bavière, où un demandeur d'asile a attaqué les passagers d'un train le 19 juillet 2016. © Karl-Josef Hildenbrand / AFP

Les proches des Hongkongais victimes de l'attentat à la hache survenu le 18 juillet dernier en Allemagne, le premier revendiqué par l'EI dans ce pays, ont raconté le déroulé de l'attaque dans la presse locale.

Deux jours après l’attaque à la hache dont ont été victimes les passagers d’un train allemand lundi, les proches de la famille hongkongaise victime de l’agresseur ont révélé à la presse locale des détails sur le déroulement des faits. Dans les colonnes du journal hongkongais Apple Daily, Sylvia, la fille aînée des Yau a expliqué que le jeune demandeur d’asile de 17 ans qui a blessé 5 personnes à l’arme blanche s’en était pris au petit ami de sa sœur. Ses parents avaient alors essayé de le défendre : « Au début, l’agresseur a attaqué le petit ami de ma sœur, et quand ma mère et mon père ont vu ça, ils se sont levés pour s’interposer et ont été blessés », a-t-elle confié.

Trois blessés parmi les membres de la famille

Le petit ami, Edmund Au-yeung, 30 ans, et le père de Sylvia, âgé de 62 ans, sont tous deux en soins intensifs, gravement blessés à la tête, ajoute le journal. Si son frère de 17 ans est sorti indemne de l’attaque, sa sœur, Tracy, 26 ans et sa mère âgée de 58 ans, ont également été blessées. Sylvia et son époux ont ajouté que la famille était jusqu’alors en train d’apprécier son séjour : « Les amis de mon beau-père ont reçu des photos et ils disaient qu’ils s’amusaient bien », a déclaré le mari de Sylvia.

Les enquêteurs tentent d’identifier l’agresseur

L’attaque sur ce train reliant les villes de Treuchlingen et Wurtzbourg en Bavière a été revendiquée par l’organisation État islamique (EI), et l’enquête en cours laisse planer le doute sur la nationalité de l’agresseur. D’abord identifié comme un ressortissant afghan, il pourrait bien être en fait pakistanais, rapporte la chaîne allemande ZDF. Les enquêteurs avaient retrouvé chez lui un drapeau de l’EI, sans qu’ils aient pour l’instant établi un lien certain entre le jeune homme et le réseau terroriste.