Libye : trois militaires français tués dans le cadre d’une mission en « service commandé »

Par Jeune Afrique avec AFP

Des combattants armés soutenant le gouvernement d'union libyen national dans la rue principale de Syrte (nord). © Uncredited/AP/SIPA

Trois militaires français ont été tués en Libye dans le cadre d'une mission en "service commandé", ont confirmé mercredi matin François Hollande et son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

« Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, déplore la perte de trois sous-officiers français décédés en service commandé en Libye« , a-t-il indiqué dans un communiqué adressé le 20 juillet, sans donner plus de détails sur l’opération et les circonstances de leur mort.

Mardi, l’agence AP, citée par le New York Times, faisait état de deux morts parmi les membres des forces spéciales françaises en Libye. Selon l’agence de presse, leur hélicoptère a été abattu dimanche par des miliciens islamistes qui ont revendiqué l’attaque, près de la ville de Benghazi, dans le nord-est de la Libye. Une information démentie mercredi par l’Elysée, François Hollande déclarant que les militaires français étaient morts dans un « accident d’hélicoptère » sans en préciser la cause.

S’agissant d’une mission des forces spéciales, le ministère de la Défense a dans un premier temps refuser tout commentaire, précise l’agence AP. Jusqu’à présent, la France n’avait jamais confirmé la présence de ses militaires sur le sol libyen, évoquée notamment par le journal Le Monde, reconnaissant uniquement le survol de ses avions militaires dans le pays pour collecter de l’information et du renseignement.