Présidentielle à São Tomé : victoire dès le 1er tour de Evaristo Carvalho, candidat du parti au pouvoir

Par Jeune Afrique

Une électrice vote à Sao Tomé, le 17 juillet 2016. © AFP

Le candidat du parti au pouvoir Evaristo Carvalho a remporté dimanche dès le premier tour l'élection présidentielle de São Tomé et Principe avec 50,1% des voix, devant le président sortant Manuel Pinto da Costa, a annoncé la commission électorale nationale (CEN) dans la nuit de dimanche à lundi. Mais une candidate demande l'annulation du scrutin.

Evaristo Carvalho Carvalho, candidat soutenu par le parti du Premier ministre Patrice Trovoada, a obtenu 50,1% des voix (34 629) contre 24,8% (17 121) pour le président sortant Manuel Pinto da Costa et 24,8% (16 638) pour la troisième candidate, Maria das Neves, selon la CEN.

Scrutin organisé dans le calme mais… contesté

Selon les observateurs de l’Union africaine (UA) conduits par l’ancien président du Mozambique, Armando Guebuza, les élections se sont déroulés dans la sérénité. Au total 111 222 électeurs étaient appelés aux urnes, et la participation a atteint plus de 60%, d’après la commission électorale.

Cette victoire permet au charismatique Premier ministre Patrice Trovoada de gagner son pari : mettre fin au partage du pouvoir et gouverner avec un président de son parti, l’Action démocratique indépendante (ADI, centre droit), grand vainqueur des élections législatives en 2014.

Son rôle est essentiellement celui d’arbitre puisqu’à São Tomé, c’est le Premier ministre qui gouverne. « Nous voulons commencer une nouvelle étape de stabilité, de travail et de progrès pour le peuple de Sao Tomé », a commenté dans la nuit Patrice Trovoada, fils de l’ex-président Miguel Trovoada.

Maria das Neves, arrivée troisième au scrutin avec 24,8% (16.638 voix), a demandé dans la journée l’annulation des élections « parce qu’elles n’ont été ni libres, ni justes ni transparentes », selon une déclaration lue par son porte-parole de campagne.

Cette demande prendra la forme d’un recours, qui peut être instruit dans les jours qui viennent, a-t-on appris dans l’entourage de la candidate, ex-Premier ministre, appuyée par le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe (MLSTP), artisan de l’indépendance vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale portugaise en 1975.

Le président sortant et candidat malheureux, qui a annulé une conférence de presse censée avoir lieu à la mi-journée, pourrait également déposer un recours, selon son entourage.

Fin de la carrière de Manuel Pinto da Costa ? 

Ce scrutin marque la défaite et sans doute la fin de la carrière du président sortant, Manuel Pinto da Costa qui fêtera ses 79 ans dans quelques jours. Au lendemain de l’indépendance en 1975, il devint le premier président élu, sous l’étiquette du Mouvement de libération de São Tomé et Principe (MLSTP), à l’époque du parti unique. Il le restera jusqu’aux élections libres de 1991.

En 2011, Manuel Pinto da Costa avait été à nouveau élu à la tête de l’archipel, cette fois en tant que candidat indépendant. Il était parvenu à évincer Patrice Emery Trovoada de la primature en décembre 2012, mais avait dû le réintégrer fin novembre 2014 après la victoire de son parti aux législatives.

 

Dépendant à 90% de l’aide internationale

Le gouvernement et le prochain président devront relever le défi du développement dans ce pays de quelque 195 000 habitants dont les deux tiers sous le seuil de pauvreté, et qui dépend à 90% de l’aide internationale.

Pourtant le pays ne manque pas d’atouts : outre la paix civile, une position stratégique au cœur du golfe de Guinée, un potentiel touristique et pétrolier, une production de cacao et de café reconnue dans le monde entier, une croissance de l’ordre de 4% par an depuis 2012 et une inflation en forte baisse.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici