Euro : des milliers d’excuses adressées à Eder, le footballeur mal-aimé devenu héros du Portugal

Par AFP et

Le footballeur Eder, unique buteur lors de la finale de l'Euro 2016, le 10 juillet 2016. © Thibault Camus/AP/SIPA

Avant son but en finale de l'Euro face à la France, l'attaquant portugais né en Guinée-Bissau était le bouc émissaire de la Seleção. Mais depuis la frappe salvatrice d'Eder, les Portugais veulent se faire pardonner auprès de leur nouvelle star dont ils se sont tant moqués.

« Eder, pardonne-nous, nous ne savions pas ce que nous disions », écrit vendredi matin l’un de ses nouveaux supporteurs ; « Merci et mille excuses », renchérit un autre. « Eder je t’aime », n’hésitent pas à écrire des dizaines d’autres, en portugais, français ou anglais.

Depuis mercredi 13 juillet, les Portugais peuvent s’excuser auprès d’Éderzito Antonio Macedo Lopes, dit Eder, sur le site « Desculpaeder.com », littéralement « Pardon Eder ». Selon la plateforme, quelque 30 000 messages y ont été publiés depuis mercredi pour louer l’auteur du but ayant donné la victoire au Portugal le 10 juillet dernier face à la France.

Capture d'écran de desculpaeder.com

Capture d'écran du site permettant aux supporteurs portugais ayant douté d'Eder de s'excuser. © Capture d’écran de desculpaeder.com

« Ils se rendent compte qu’ils ont mal agi »

Un succès qui a surpris les trois trentenaires à l’origine du site internet. « Tout est simplement parti d’une blague, on ne s’attendait pas à un tel succès », ont-ils raconté à l’Agence France-Presse.

Eder, 28 ans, a lui aussi réagi au flot d’excuses publiées sur le site. « Si les gens ont créé ce site, c’est qu’ils se rendent compte qu’ils ont mal agi, mais je n’ai pas de rancune », a souligné le joueur de Lille, auparavant promis à un statut de remplaçant.

Car jusqu’à présent, l’attaquant natif de Bissau, raillé pour sa maladresse face au camp adverse, entrait fréquemment sur le terrain sous les sifflets. Un statut de vilain petit canard désormais révolu : un livre sur la nouvelle star du Portugal et de la Guinée-Bissau serait même en préparation, a affirmé à la presse portugaise sa coach mentale, Susana Torres, à qui le joueur a d’ailleurs dédié sa victoire.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici