Afrique du Sud : Oscar Pistorius derrière les barreaux

Par Jeune Afrique avec AFP

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius au tribunal de Pretoria, le 6 juillet 2016. © AFP

Condamné mercredi à six ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite-amie, le champion sud-africain a regagné la prison centrale de Pretoria où il avait déjà purgé un an.

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius est détenu dans l’aile médicalisée de la prison centrale de Pretoria. « Il est dans la même cellule » individuelle que celle où il avait été incarcéré entre octobre 2014 et octobre 2015, a déclaré à l’AFP le porte-parole des services pénitentiaires sud-africains, Manelisi Wolela.

L’ancien athlète échappe de ce fait aux cellules surpeuplées sud-africaines, tristement célèbres pour leur violence. « Il est double amputé. Et si on le met dans une cellule normale avec plusieurs autres détenus, il sera vulnérable », a expliqué à l’AFP Manelisi Wolela.

La cellule numéro 2 de la prison de Kgosi Mampuru à Pretoria, que l’AFP avait pu visiter en 2015, est une petite pièce exiguë aux murs jaunes, meublée d’un lit simple en fer blanc et équipé d’un lavabo en inox. Elle est éclairée par une fenêtre en hauteur.

Libération conditionnelle envisageable en 2019

Mercredi, Oscar Pistorius a été condamné en appel à six ans de prison pour le meurtre de sa petite-amie, l’ex-mannequin Reeva Steenkamp, dans la nuit de la Saint-Valentin 2013. Il a été incarcéré dans la foulée du jugement.

Selon le droit sud-africain, il est éligible à la libération conditionnelle après avoir purgé la moitié de sa nouvelle peine de prison, soit en 2019.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici