CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Écrit par Camille Belsoeur

Le joueur équato-guinéen Ellong Doualla © Photo AP

Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Javier Balboa, sur un coup-franc magistral, qui a offert la qualification en demi-finales au pays hôte dans les prolongations (2-1). Une première pour la Guinée équatoriale. 

Les 40 000 spectateurs du stade de Bata n’ont pas arrêté de chanter longtemps face à la Tunisie. Depuis l’hymne national équato-guinéen entonné à pleine voix par les fans du Nzalang et les joueurs a capella avant le coup d’envoi, dans un moment plein d’émotion, c’est tout un peuple qui poussait son équipe dans un élan commun. Mais, la Tunisie est un os que la "petite" Guinée équatoriale ne semblait pas avoir la la force de digérer, malgré tout son courage.

Longtemps fermé, le match a basculé progressivement en faveur des Tunisiens au retour des vestiaires. Et c’est Akaichi, auteur de son troisième but du tournoi et à égalité avec Thiey Bifouma (Congo) en tête du classement des buteurs, qui ouvrait le score sur un service de Chikhaoui (1-0, 70e). Un but qui avait plongé le stade de Bata dans la stuppeur. Mais alors que Aigles de Carthage se dirigeaient vers une victoire logique, une faute d’arbitrage a encore donné un coup de pouce à la Guinée équatoriale.

>> À lire aussi : La RDC renverse le Cogo dans un derby de légende

Encore un penalty imaginaire

Dans les dernières secondes du match, Edu, entré en jeu plus tôt, entrait dans la surface de réparation suivi par le défenseur tunisien Mathlouthi. L’attaquant équato-guinéen s’écroulait au duel entre les deux joueurs. Il n’y a absolument pas faute mais l’arbitre siffle un penalty imaginaire. Une décision qui fait polémique alors que le pays organisateur avait déjà obtenu un penalty pour une faute inexistante face au Gabon lors du dernier match de poule. Et l’attaquant Javier Balboa  a transformé l’offrande arbitrale pour revenir au score (1-1, 92e). 

>> À lire aussi : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts de finale

Chikhaoui-Akaichi, un duo d’enfer

Les deux attaquants tunisiens, à l’origine et la conclusion du premier but, ont bousculé sans relâche la défense équato-guinéenne en deuxième période. Sur un mouvement à la 52e, c’est Chikhaoui, qui après une série de dribbles, centrait pour Akaichi. Mais ce dernier butait sur Felipe Ovono, l’excellent portier guinéen. Copie conforme à la 78e, mais sur sa frappe, Akaichi butait un défenseur équato-guinéen. Dans le camp d’en face, avant son penalty, le Nzalang nacional n’avait cadré qu’un seul tir. C’était sur une action d’Emilio Nsue, qui à la réception d’une longue passe dans la surface de réparation, avait effectué un superbe contrôle orienté avant d’armer une frappe vicieuse à ras de terre, obligeant Mathlouthi, le gardien tunisien, à une belle parade. 

Balboa, le héros de la nation

Javier Balboa, auteur d’un doublé face à la Tunisie, a donc défait les Aigles de Carthages sur deux coup de pied arrêté. Parfait sur son penalty, il a envoyé un coup-franc magistral de 20 mètres à l’entrée de la surface dans la lucarne de Mathoulthi à la 101e. C’est lui qui avait obtenu la faute, sur un coup d’épaule d’Abdennour en pleine course. Avec trois buts au compteur dans cette CAN, il est lui aussi en tête du classement des buteurs. 

>> Suivez toute l’actualité de la CAN 2015 sur notre page spéciale