Fermer

Depuis Casablanca, LafargeHolcim Maroc Afrique vise le marché subsaharien

Par - à Casablanca

Usine cimentier Lafarge MAroc ©

À partir de Casablanca Finance City, LafargeHolcim et le holding royal SNI comptent se renforcer en Afrique subsaharienne francophone. Socimat, la filiale ivoirienne du groupe suisse, vient de passer sous le contrôle de sa nouvelle structure casablancaise.

Alors qu’il y a moins d’un an, le holding royal SNI étudiait sérieusement l’option de se désengager de sa participation dans Lafarge Maroc, suite à la fusion-absorption du cimentier français avec le suisse Holcim, voilà que les deux partenaires renforcent leur alliance et nourrissent de grandes ambitions sur le continent.

En effet, les deux groupes viennent d’annoncer la création d’une nouvelle filiale : LafargeHolcim Maroc Africa.

Celle-ci a déjà décroché le statut Casablanca Finance City (CFC) – avec toute la batterie d’avantages fiscaux associés – et se lance désormais dans la conquête des marchés africains.

Huit pays dans le viseur

Dans un communiqué diffusé le lundi 04 juillet, SNI et LafargeHolcim annoncent déjà une première opération : la Société ivoirienne des ciments et matériaux (Socimat), ancienne filiale de Holcim qui dispose d’une unité industrielle avec une capacité de 1 million de tonnes de ciments par an, passe désormais sous le giron de LafargeHolcim Maroc Afrique.

Avec sa nouvelle structure marocaine, le conglomérat suisse poursuit en Afrique subsaharienne francophone la stratégie développée avec la création en 2014 de Lafarge Africa qui, basée à Lagos regroupe les activités du cimentier en Afrique du Sud et au Nigeria.

À terme, LafargeHolcim Maroc Afrique devrait rassembler également un réseau de terminaux d’ensachage, de broyeurs et des usines intégrées dans sept pays d’Afrique francophone : Burkina Faso, Mali, Gabon, Sénégal, République démocratique du Congo, Mauritanie et Congo. Des pays dans lesquels le groupe n’est pas encore installé.

Selon Eric Olsen, le directeur général du groupe LafargeHolcim, cette nouvelle filiale africaine « participera activement à l’urbanisation et au développement de ces pays ».

Pour Hassan Ouriagli, PDG de la SNI, cette opération est considérée comme « une première concrétisation de l’évolution de la holding vers un fonds d’investissement panafricain à long terme ».

Résultats en Afrique et au Moyen-Orient

En 2015, LafargeHolcim disposait d’une capacité de production de 62,6 millions de tonnes de ciment par an dans la zone Afrique & Moyen-Orient, principalement en Algérie (10,6 millions), au Nigeria (9,3), en Égypte (8,2), en Irak (7,3), au Maroc (5,1) et en Afrique du Sud (3,4).

En Afrique subsaharienne francophone, outre la Côte d’ivoire, le groupe est présent au Cameroun (1,7 million de tonnes), en Guinée (300 000 tonnes) et à Madagascar (200 000 tonnes).

Le groupe compte 16 000 employés dans la zone Afrique & Moyen-Orient, pour un chiffre d’affaires de 4,54 milliards de francs suisses (4,2 milliards d’euros) en 2015, sur un total mondial de 29,48 milliards de francs suisses.