JO 2016 : Murielle Ahouré peut-elle décrocher l’or ?

Murielle Ahouré (g.) lors d'un meeting en Pologne, le 8 mars 2016. © Matt Dunham/AP/SIPA

L'Ivoirienne Murielle Ahouré a fait forte impression lors du 200 mètres au Shanghai Diamond League, le 14 mai, et réalisé la deuxième meilleure performance de l'année sur 100 mètres un mois plus tard. Suffisant pour battre les pointures du circuit aux Jeux olympiques de Rio ?

À la lecture du palmarès de Murielle Ahouré, les ambitions de l’athlète ivoirienne aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro (du 5 au 21 août) ne font aucun doute. Deuxième sur 100 et 200 mètres aux Championnats du monde de Moscou en 2013, deuxième sur 60 mètres aux Championnats du monde Indoor de 2012 (Istanbul) et 2014 (Sopot, en Pologne), la sprinteuse de 28 ans peut légitimement espérer monter sur la plus haute marche du podium.

Malgré une saison perturbée par une grosse blessure au genou, elle semble aujourd’hui en pleine possession de ses moyens. Le 11 juin, à Montverde, aux États-Unis, Ahouré a réalisé la seconde meilleure performance mondiale de l’année sur 100 mètres avec un chrono de 10 secondes et 78 centièmes (vent: +1,6 m/s). Un mois plus tôt, elle avait dominé ses adversaires lors du 200 mètres au Shanghai Diamond League. Face à elles, des pointures du circuit : Anneisha McLaughlin-Whilby et Veronica Campbell-Brown pour les Jamaïcaines, Tiffany Towsend, Candyce McGrone et Kaylin Whitney pour les Américaines ou encore la Bulgare Ivet Lalova-Collio.

Sans Frazer sur 200m

Sur 100m, la distance reine, la championne d’Afrique devra affronter la rude concurrence de deux Jamaïcaines, Elaine Thompson (meilleure performance mondiale de l’année en 10″70) et Frazer Price (double championne olympique en titre et championne du monde de la spécialité). Diminuée par une douleur à la cuisse, Thompson sera également présente sur 200m, contrairement à Frazer qui a décidé de faire l’impasse sur la distance dont elle est la vice-championne olympique en titre. Une aubaine pour l’ivoirienne ?

Adoptée par le général Mathias Doué, chef d’état-major des armées entre 2000 et 2004, Murielle Ahouré a quitté une Côte d’Ivoire en pleine instabilité politique à l’âge de deux ans. C’est aux États-Unis qu’elle s’inscrit à ses premiers cours d’athlétisme. Elle étudie ensuite à l’université de Miami, dont elle sort diplômée en droit pénal, en 2009. La sprinteuse a dû attendre 2012 et la régularisation de sa situation outre-Atlantique pour pouvoir quitter le territoire américain et concourir sous les couleurs ivoiriennes.