Le diamant géant du Botswana ne trouve pas preneur à Londres

Par Jeune Afrique - avec Reuters

Le diamant botswanais présenté à New York par la maison de vente aux enchères Sotheby's le 4 mai. © Seth Wenig/AP/SIPA

Il aura manqué quelques millions de dollars pour que la pierre, présentée comme « deuxième plus gros diamant jamais découvert », ne soit cédée mercredi à Londres à l'occasion d'une vente aux enchères organisée par Sotheby’s. La pierre pourrait faire l'objet de prêts à des musées.

La pierre incolore, aussi grosse qu’une balle de tennis, trouvée dans la mine de Karowe, dans le centre-est du Botswana et dont la découverte avait été annoncée en novembre, n’a pas trouvé preneur mercredi à Londres à l’occasion d’une vente aux enchères organisée par Sotheby’s, selon un communiqué de Lucara Diamond, la compagnie minière basée à Vancouver (Canada) qui l’a découvert.

Les prix proposés pour les 1 110 carats du diamant ont plafonné à 61 millions de dollars, en-dessous d’un « prix de réserve » resté officieux, et en deçà des 70 millions de dollars évoqués en amont de la vente.

Lesedi La Rona, comme a été surnommé par Lucara Diamond « le plus gros diamant jamais découvert depuis un siècle », n’aura donc pas eu le même succès que The Constellation. Cet autre diamant brut de 813 carats, découvert aux mêmes dates dans la mine de Karowe, a lui été cédé en mai 2015 au dubaïote Nemesis International DMCC pour 63,11 millions de dollars.

Le plus gros diamant au monde est le Cullinan de 3 106 carats, qui avait été trouvé en Afrique du Sud en 1905. Il a été fractionné en plusieurs énormes pierres, dont les principales ornent le sceptre de sa majesté britannique et la couronne impériale qui font partie des joyaux de la Couronne britannique précieusement gardés à la Tour de Londres.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici