Afrique du Sud : Jacob Zuma doit rembourser 500 000 dollars à l’État

Par Jeune Afrique avec AFP

Le président sud-africain, Jacob Zuma, à Abuja, Nigeria, 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le président sud-africain n'en finit pas de traîner le scandale de sa résidence privée comme un boulet. Chargé par la justice de déterminer la somme à rembourser dans cette affaire d'abus de biens sociaux, le Trésor, rattaché au ministère des Finances, a tranché.

Le Trésor a rendu son avis lundi 27 juin, à travers un document remis à la Cour constitutionnelle. Le président Jacob Zuma devra s’acquitter de la somme de 500 000 dollars (7 814 555 rands exactement), pour la rénovation de sa propriété privée de Nkandla, son village natal. Ces travaux réalisés soit-disant pour des raisons de sécurité auraient coûté 20 millions d’euros à l’État (montant estimé en 2014).

Fin mars, la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, avait exigé que le chef de l’État rembourse à titre personnel une partie des frais engagés, considérant que Jacob Zuma avait violé la Constitution en s’y refusant. Le Trésor disposait de 45 jours pour déterminer cette somme.

Feu vert de la Cour constitutionnelle 

La Cour constitutionnelle doit désormais approuver ou non ce montant. Après sa validation, le chef de l’État devra s’acquitter de cette somme dans les 45 jours. En février, le président sud-africain s’était dit prêt à rembourser une partie de l’argent public déboursé, mais n’avait pas préciser le montant.

Depuis plusieurs mois, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau rebondissement judiciaire ne vienne froisser l’image du chef de l’État, empêtré dans plusieurs scandales de corruption. Vendredi dernier, la justice sud-africaine s’était dit (à nouveau) favorable au rétablissement des charges de corruption pesant sur le chef de l’État dans une affaire de contrat d’armement signé à la fin des années 1990. Celles-ci avaient été abandonnées par le parquet quelques semaines avant son élection en 2009.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici