Orange finalise l’acquisition d’Airtel Burkina

Par Jeune Afrique

Orange compte 19 filiales de téléphonie mobile et fixe et près de 130 millions de clients sur le continent © Claude Paris/AP/SIPA

Le groupe français met la main sur le 2e opérateur mobile du pays, a-t-il fait savoir mercredi. La gestion sera effectuée par Orange Côte d'Ivoire.

Dans un communiqué diffusé le 22 juin en fin de journée, le groupe français de télécoms a annoncé avoir réalisé, conjointement avec sa filiale Orange Côte d’Ivoire, l’acquisition de 100% de l’opérateur mobile Airtel au Burkina Faso auprès de Bharti Airtel International (Netherlands) BV.

Le 13 janvier dernier, Orange et le groupe indien avaient signé un accord pour le rachat de 100% du capital d’Airtel Burkina et d’Airtel Sierra Leone. La veille, le groupe français avait révélé l’acquisition de Cellcom au Liberia, opération finalisée début avril. En pleine frénésie d’achat, Orange a également acquis depuis le début de l’année Tigo en RD Congo.

Airtel est le deuxième opérateur mobile burkinabè, derrière l’Onatel (filiale de Maroc Télécom) et devant Telecel, avec près de 4,6 millions de clients. Orange précise dans son communiqué que « sur le marché des services financiers sur mobile, Airtel est le leader incontestable et dispose déjà d’une interconnexion avec Orange Money dans les pays avoisinants permettant les transferts internationaux ».

20e pays

Le Burkina Faso est le 20e pays en Afrique et au Moyen-Orient à rejoindre Orange, qui s’est toutefois retiré de certains pays ces dernières années (Kenya et Ouganda). Le montant payé par le groupe français n’a pas été rendu public, mais le montant de 600 à 800 millions d’euros avait été évoqué pour les deux filiales d’Airtel.

Le futur Orange Burkina sera géré par Orange Côte d’Ivoire, tout comme la nouvelle filiale au Liberia. De quoi constituer, après le sénégalais Sonatel (présent aussi au Mali, en Guinée et en Guinée-Bissau et bientôt au Sierra Leone), un nouveau puissant hub régional.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici