RD Congo : Moïse Katumbi condamné à trois ans de prison ferme dans une affaire de spoliation

Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga, en mars 2015, à Lubumbashi. © Gwenn Dubourthommieu/J.A.

De sources judiciaires locales concordantes, le tribunal de paix de Kamalondo à Lubumbashi, dans le sud de la RD Congo, a condamné mercredi Moïse Katumbi à 36 mois de prison ferme et à un million de dollars de dommages et intérêts. L'opposant congolais, candidat déclaré à la présidentielle, était poursuivi dans une affaire de spoliation d'immeuble.

« La décision a été rendue aujourd’hui [22 juin]. Je me suis rendu moi-même au greffe du tribunal de paix de Kamalondo pour lire le dispositif : Moïse Katumbi a été condamné à 36 mois de prison ferme et à un million de dollars américains de dommages et intérêts », a affirmé à Jeune Afrique un avocat du barreau de Lubumbashi, dans le sud de la RD Congo.

L’information a été confirmée par plusieurs autres sources judiciaires locales et par un membre du gouvernement congolais ainsi que par des médias proches du pouvoir à Kinshasa. Et ce, après une confusion qui a prévalu sur la validité de cette condamnation dans les heures qui ont suivi l’énoncé du jugement, alors qu’un des deux autres juges du tribunal refusait de signer l’acte de condamnation.

Une plainte contre Alexandros Stoupis cette fois-ci

Mais du côté de la défense, tous les avocats contactés ont dit n’avoir « pas encore été notifiés de cette condamnation ». Moïse Katumbi est accusé par Alexandros Stoupis, un citoyen grec, d’avoir fait usage de faux en écriture pour s’approprier la parcelle sise n°6 et 8 du croisement des avenues Mahenge et Kato, dans la commune de Kampemba à Lubumbashi.

Ses avocats, qui avaient récusé la compétence du tribunal, ont dénoncé la rapidité de la procédure et fait part de leur intention d’interjeter appel. Cet appel serait suspensif de l’exécution de la peine, qui rend Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle, inéligible.

Selon l’entourage de l’opposant congolais, l’immeuble disputé appartiendrait à Katebe Katoto, demi-frère de Moïse Katumbi, qui a décidé à son tour de déposer une plainte contre Alexandros Stoupis mercredi.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique