Energie

Burkina : démarrage des travaux de la centrale solaire de Zagtouli

Panneaux solaires dans la ville de Koudougou, au Burkina Faso. (Illustration) © Renaud Van Der Meeren pour les Éditions du Jaguar

Le gouvernement burkinabé a inauguré, jeudi, les travaux de construction de la centrale solaire de Zagtouli, près de Ouagadougou, la capitale du pays. D'une capacité de 33 mégawatts (MW), son démarrage est attendu pour fin 2017-début 2018.

C’est parti pour la construction de la centrale solaire de Zagtouli, dotée d’une puissance de 33 mégawatts. Cette installation, devrait être la première d’une telle envergure au Burkina Faso, pays qui dispose pourtant d’un rayonnement solaire d’environ 5,5 kilowatt-heure (kWh) par mètre carré et par jour.

Le coût du projet est estimé à 47,5 millions d’euros dont plus de la moitié (soit 25 millions d’euros) est apportée par l’Union européenne sous forme de don, le reliquat est financé par un prêt de l’Agence française de développement. Les travaux ont été confiés à un groupement d’entreprises franco-allemand rassemblant Cegelec et Solar World. Ils sont prévus pour une durée de 14 mois.

Érigée sur une superficie de 60 hectares, la centrale de Zagtouli comportera 130 000 panneaux photovoltaïques.

Diversification des sources d’énergie

Le projet de Zagtouli, dans la banlieue ouest de la capitale burkinabè Ouagadougou, représente l’équivalent de 5 % de la consommation électrique nationale actuelle du pays estimée à 270 mégawatts, selon la Société nationale burkinabè d’électricité (Sonabel).

« Les travaux de la centrale que nous lançons aujourd’hui constituent un pas important vers l’énergie verte et la diversification de nos sources de production énergétique », a souligné le ministre burkinabè de l’Énergie, Alfa Omar Dissa.

Plan d’investissement

Pour répondre à une demande d’électricité en constante progression de l’ordre de +10 % par an en moyenne, Sonabel a élaboré un plan d’investissement (2015-2019) au coût estimé à plus de 663 milliards de F CFA (1 milliard d’euros) pour faire face au déficit énergétique à travers des projets structurants.

Parmi les plus emblématiques, on peut citer la ligne d’interconnexion Bolgatenga (Ghana)- Ouagadougou dont les travaux ont démarré en février dernier pour un montant de 31,5 milliards de F CFA. Elle permettra d’importer 100 mégawatts d’électricité dès la mise en service prévue en juillet 2017.

Le plan de Sonabel prévoit également la réalisation d’une centrale thermique d’une puissance de 150 mégawatts à Ouaga Est.

En parallèle, Sonabel prépare avec la Banque mondiale un projet de construction d’une centrale solaire de 50 mégawatts . Son coût s’élève à 80 millions de dollars.

 

Fermer

Je me connecte