Niger : une nouvelle explosion sur un marché de Diffa fait plusieurs victimes

Par Jeune Afrique

Une patrouille de l'armée nigérienne. © Archives / AFP

Le groupe Boko Haram a encore attaqué Diffa, ville du sud-est du Niger frontalière avec le Nigeria, où une explosion a retenti lundi dans un marché, selon des sources humanitaires. La veille au même endroit, un attentat d'origine kamikaze avait fait six morts et plusieurs blessés.

"Tout a sauté. J’ai vu des corps partout" a témoigné un commerçant du marché de Diffa, après une nouvelle explosion survenue lundi 9 février.

Trois attaques en quatre jours

Depuis le 6 février, Boko Haram lance d’incessantes attaques contre cette ville du sud-est du Niger frontalière avec le Nigeria. Dans la nuit du 8 au 9 février, le groupe terroriste a lancé un assaut – repoussé par les forces armées nigériennes –  contre la prison de la localité. Les autorités étaient sur le point de transférer une trentaine de prisonniers (jihadistes présumés appartenant à Boko Haram, arrêtés ces derniers mois) de Diffa à Niamey pour éviter une tentative de libération. Un proche du président Issoufou contacté par Jeune Afrique évoque la possibilité de fuites de l’information de ce transfert, en évitant toutefois de parler de complicités.

Une explosion survenue quelques heures avant l’attaque avait fait six morts (dont le kamikaze qui serait une femme) et plusieurs blessés. 

Le Niger affirme son engagement contre Boko Haram

Le Niger figure parmi les cinq pays africains qui formeront la force multinationale contre Boko Haram. Cette force, composée de 8 700 hommes, sera déployée dans les zones exposées aux attaques des islamistes.

L’offensive du groupe armé sur Diffa est intervenue après l’annonce d’un vote prévu le 9 février au Parlement nigérien sur l’engagement des troupes au Nigeria pour lutter contre les terroristes. "Ça part dans tous les sens. On savait qu’ils avaient des cellules dormantes, qui étaient là, depuis un moment. Ils ont appuyé sur un bouton pour les réveiller", a commenté un humanitaire.

La menace Boko Haram planait sur le Niger depuis plusieurs mois. Des combattants de Boko Haram étaient massés du côté nigérian de la Komadougou Yobé, une rivière séparant le Niger et le Nigeria, attendant le bon moment pour attaquer.

Des témoins parlent d’un exode massif des habitants de Diffa qui "font la queue pour s’en aller".

>> Lire aussi Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s’est réunie contre Boko Haram

(Avec AFP)