Soudan du Sud : les rebelles pilonnent la ville pétrolière de Bentiu

Par Jeune Afrique

Un soldat sud-soudanais à Bentiu, le 12 janvier 2014. © AFP

Le gouvernement sud-soudanais a accusé mardi les hommes de Riek Machar d'avoir bombardé ses positions dans la ville pétrolière de Bentiu, dans le nord du pays. Une violation du récent accord de cessez-le-feu signé début février entre les deux parties au conflit.

"Les rebelles bombardent nos positions à Bentiu avec de l’artillerie", a dénoncé, le 10 février, Kuol Manyang, le ministre sud-soudanais de la Défense. "C’est une violation de l’accord de cessation des hostilités, et nous allons nous défendre", a-t-il prévenu.

Septième cessez-le-feu violé

Des travailleurs humanitaires sur place ont confirmé les bombardements, lesquels interviennent moins de deux semaines après la signature du septième cessez-le-feu entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar, désormais chef de la rébellion.

Une recrudescence de violences qui intervient au lendemain d’une conférence des donateurs organisée à Nairobi, au cours de laquelle les deux parties ont une nouvelle fois été appelées à mettre fin à leur sanglant conflit. Les conférenciers ont également pu réunir des promesses de don à hauteur de 529 millions de dollars (467 millions d’euros) pour le Soudan du Sud.

En attendant, des pourparlers de paix, sous l’égide de l’organisation intergouvernementale est-africaine Igad, sont censés reprendre le 19 février entre les deux parties dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba. Les médiateurs est-africains donnent jusqu’au 5 mars à Salva Kiir et Riek Machar pour définitivement mettre un terme au conflit.

(Avec AFP)