Algérie : le verdict sur l’affaire « El Khabar » fixé au 15 juin

Vue d'un étalage de journaux algériens, le 21 mai 2011, à Oran. © Maya-Anaïs Yataghène/Flickr

Le président du tribunal administratif d'Alger a mis en délibéré pour le mercredi 15 juin le verdict sur la plainte du ministère de la Communication, qui conteste le rachat du groupe de presse "El Khabar" par le conglomérat Cevital de l'entrepreneur Issad Rebrab.

Cette fois-ci, le tribunal a décidé d’examiner l’affaire sur le fonds.

Après quatre reports consécutifs, le procès dit de l’affaire « El Khabar », du nom du groupe de presse dont le rachat par l’entrepreneur algérien Issad Rebrab est contesté par le gouvernement, s’est tenu ce mercredi 08 juin au tribunal administratif de Bir Mourad Raïs, sur les hauteurs d’Alger.

Au terme de plusieurs heures de débat entre les avocats de la défense et ceux du ministère de la Communication, le président du tribunal, Mohamed Dahmane, a mis le verdict en délibéré pour le mercredi 15 juin.

Au cours de cette audience, l’avocat du ministère de la Communication a demandé la suspension du rachat du capital du groupe de presse El Khabar par la société Ness Prod, filiale du groupe Cevital du milliardaire algérien Issad Rebrab – une affaire qui passionne les médias et les politiques en Algérie.

Code de l’information

La justice avait été saisie le 27 avril par une plainte en référé du ministère de la Communication.

Le ministère a fait valoir l’article 25 du Code de l’information de 2012 qui stipule qu’ « une même personne morale de droit algérien ne peut posséder, contrôler ou diriger qu’une seule publication périodique d’information générale de même périodicité éditée en Algérie ».

La partie plaignante estime ainsi qu’Issad Rebrab, qui possède déjà le quotidien francophone Liberté, dont l’hostilité à l’égard du président Bouteflika n’est plus à démontrer, a enfreint les dispositions de la loi.

Un acteur de premier plan de la scène médiatique

Issad Rebrab, 71 ans, qui s’est lancé dans les affaires au début des années 1970, est en passe de devenir un acteur majeur de la scène médiatique algérienne.

Le rachat début avril de 95 % des actions de la SPA El Khabar, pour 32,1 millions d’euros, lui permet de mettre la main sur El Khabar, un quotidien arabophone avec un tirage de plus de 350 000 exemplaires par jour, deuxième titre privé lancé par un groupe de journalistes au lendemain de l’ouverture démocratique qui a mis fin au régime du parti unique, en 1990.

Outre El Khabar qui jouit d’une excellente réputation et son siège, d’une valeur de plusieurs millions d’euros, Cevital contrôle désormais la chaîne de télé KBC, une société de diffusion, cinq imprimeries (en association avec le journal El Watan), ainsi que plusieurs actifs.

Avec un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de dollars en 2014 et près de 15 000 employés, Cevital, présent notamment dans l’agroalimentaire, la distribution, l’automobile ou encore l’électroménager, est le premier groupe privé en Algérie.