Côte d’Ivoire – Ghana : ce qu’il faut retenir de la visite du président Mahama à Abidjan

Alassane Ouattara et John Dramani Mahama, accompagnés de leurs épouses, le 2 juin à Abidjan. © PrésidenceCI/Facebook

Le président ghanéen, John Dramani Mahama, a effectué une visite à Abidjan les 1er et 2 juin où il a rencontré son homologue ivoirien Alassane Dramane Ouattara. Retour sur les principales annonces et moments forts.

Quand ADO décore Mahama

Depuis l’élection du président ghanéen, John Dramani Mahama, les relations avec la Côte d’Ivoire sont au beau fixe. Lors de son déplacement à Abidjan les 1er et 2 juin, ce dernier a même été élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre national de Côte d’Ivoire, et son épouse, Lordani Mahama, au grade de Commandeur. Le chef de l’État ghanéen a également été fait citoyen d’honneur de la ville d’Abidjan.

La brouille de 2012, quand Abidjan avait accusé Accra de servir de base arrière aux extrémistes pro-Gbagbo, est loin derrière.

Litige frontalier

La visite de Mahama à Abidjan a été l’occasion pour les deux présidents d’aborder le litige frontalier qui oppose le Ghana et la Côte d’Ivoire depuis 2013. « Nous avons discuté des questions maritimes et nous nous sommes engagés à trouver une solution négociée et profitable aux deux pays, nous trouverons un accord entre frères », a déclaré Alassane Ouattara lors d’une conférence de presse conjointe. « Nous avons convenu d’une solution à l’amiable et équitable pour nos deux États », a renchéri Mahama.

Faut-il pourtant croire à un règlement à l’amiable du litige sur la délimitation de la frontière maritime les séparant ? Les deux pays ont ouvert une procédure devant la chambre spéciale du Tribunal international du droit de la mer (TIDM) à Hambourg (Allemagne) sans parvenir à trouver un accord. La décision de la juridiction sur le tracé de la frontière n’est pas attendue avant la fin de l’année.

La question des réfugiés

Au cours de la visite, les deux chefs d’État ont évoqué la question des Ivoiriens ayant trouvé refuge au Ghana à l’issu de la crise postélectorale de 2010-2011. John Mahama a encouragé les Ivoiriens réfugiés dans son pays à regagner la Côte d’Ivoire. « Il n’y a plus rien qui empêche les réfugiés à rentrer », a-t-il dit, ajoutant les avoir « rassurés que les choses se sont normalisées en Côte d’Ivoire ».

Aujourd’hui, près de 11 000 Ivoiriens vivent au Ghana, la plupart dans des camps de réfugiés. Le mois dernier, une mission gouvernementale ivoirienne conduite par la ministre de Solidarité, Mariatou Koné, s’est rendue à Accra dans le but d’inciter les Ivoiriens à un retour volontaire. La ministre avait été accueillie très froidement par réfugiés.

Partenariat économique

L’une des grandes annonces de cette visite fut la signature d’un accord cadre pour la réhabilitation du pont situé au poste frontière de Noé et la construction d’un nouveau pont de 640 mètres. Un projet destiné à faciliter les échanges commerciaux et estimé à 300 milliards de Francs CFA. Les deux chefs d’État, qui ont pour ambition d’être les « leviers » économiques de la sous-région, ont réitéré leur volonté d’intensifié les échanges.

John Dramani Mahama en a d’ailleurs profité pour visiter le port autonome d’Abidjan. « C’est une chose très importante et très intéressante. Et au moment où nous envisageons l’extension de notre port, nous prévoyons de créer ce genre d’espace pour les entreprises qui ont besoin d’être près des installations du port », a dit le président ghanéen. Et d’ajouter : « Pour le port de Tema, nous aurons un investissement de 1,5 milliard de dollars qui sera engagé dans ce projet d’extension et 400 millions de dollars pour l’extension du port de Takoradi. C’est principalement la leçon que je tire de cette visite ».