Cartes biométriques : le Sénégal accorde un marché de 76 millions d’euros à Iris Corp

Par - à Dakar

Carte d'identité biométrique. © DR

Une commande à 76 millions d'euros qui verra la fourniture de 10 millions de cartes d'identité sous cinq ans. C'était cette même société qui, en 2007, avait obtenu le contrat de fabrication des passeports biométriques sénégalais.

Le marché de confection des nouvelles cartes nationales d’identité biométriques va coûter 50 milliards de F CFA (76 millions d’euros) au Sénégal. Et c’est le malaisien Iris Corporation Berhad qui l’a remporté.

La firme cotée à la bourse de Kuala Lumpur sera, en vertu du contrat, tenue de fournir 10 millions de pièces d’identités biométriques sur une période de cinq ans. Elles lui seront réglées par des versements annuels de 10 milliards de F CFA.

Iris Corporation Berhad était déjà adjudicataire, en 2007, du marché de fabrication des passeports biométriques, qui court sur une durée de 20 ans.

Une mise en harmonisation décidée par la Cedeao

Ces cartes biométriques seront constituées de puces sans contact et garanties par les empreintes digitales de chaque détenteur. Le communiqué de presse de la firme diffusé à la bourse de la capitale économique malaisienne, révèle que le contrat a été scellé en fin de soirée du 27 mai dernier, avec le ministère sénégalais de l’Intérieur et de la Sécurité publique.

Ces nouvelles cartes d’identité biométriques au Sénégal sont l’application d’une décision de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), visant à faciliter les circulations dans les États membres. Au Sénégal, les anciennes pièces d’identité arrivent à expiration en décembre 2016.

Clients en Afrique

Iris Corporation est également présent dans les solutions numériques de paiement et de transport, l’agroalimentaire, l’immobilier et l’emballage.

Parmi les projets du groupe malaisien en Afrique figure un contrat de 793 millions de ringgits (175 millions d’euros) décroché en février 2014 en Guinée pour la réalisation et la gestion des passeports biométriques, des cartes de résidents et des visas. Un projet mis en stand-by suite au déclenchement de l’épidémie d’Ebola. Le groupe a également déployé ses solutions biométriques en Tanzanie, au Nigeria et en Égypte.

Fin mars 2016, son chiffre d’affaires annuel a atteint 479 millions de ringgits (107 millions d’euros), pour une perte de -3,7 millions de ringgits.