Infographie : les villes africaines qui vont consommer le plus d’ici 2030 selon McKinsey

Un acheteur pousse son caddie de courses le 28 avril 2016 dans centre commercial récent ouvert à Midrand à côté de Johannesburg, présenté comme l'un des plus grands d'Afrique. © Denis farrell/AP/SIPA

Six cents métropoles vont tirer 91 % de la croissance de la consommation mondiale d'ici 2030, selon un rapport de McKinsey. Tokyo, New York, Londres ou Los Angeles sont, sans surprise, en tête de ce hit parade. Dans une bien moindre mesure, 26 villes africaines seront moteur de la croissance africaine des dépenses des ménages (alimentation, habillement, biens d’équipement, services, loisirs), sur un continent paradoxalement majoritairement rural.

Au niveau mondial, entre 2015 et 2030, les dépenses de consommation des ménages progresseront d’environ 20 000 milliards d’euros et 91 % de cette croissance sera issue des grandes zones urbaines, surtout chinoises et nord-américaines. C’est ce que met en avant le prestigieux cabinet de conseil américain McKinsey dans un rapport récurrent sur le sujet, dont la dernière mouture est parue en mai.

Sans surprise Londres, Tokyo, New York, Pékin, Shanghai, Houston, Los Angeles, Tianjin, Dallas, Chongqing, Mumbai, Mexico ou encore Osaka compteront parmi les 30 mégalopoles à tirer un quart de cette colossale hausse des dépenses de consommation.

Mais, selon des données plus spécifiques sollicitées par Jeune Afrique, 26 villes d’Afrique* trouvent leur place dans un « top 600 » arrêté par les consultants.

« Avec l’élévation progressive du niveau de vie, la demande se porte d’abord sur les biens de consommation courante, notamment l’alimentation ou l’habillement, puis sur les biens d’équipement, et enfin sur les services comme les loisirs. De ce point de vue, le Maroc est pleinement engagé dans cette transition, au même titre que d’autres économies émergentes. Si l’alimentaire demeure le premier poste de dépenses des ménages, d’autres postes ont pris une importance significative comme les dépenses de logement, d’équipement, de santé ou de loisirs », indique ainsi Adam Kendall, le directeur associé du bureau de McKinsey à Casablanca.

6 000 dollars à Lagos et… 44 000 à Tokyo

Ces 26 villes africaines verront la consommation de leurs habitants croître de 669 milliards de dollars entre 2015 et 2030. Les dépenses y passeront de 458 milliards de dollars à 1 128 milliards de dollars, soit 5 % de la hausse globale.

Ainsi, Lagos et ses 21 millions d’habitants, première ville africaine du classement, apparaît au 38e rang du top 600 de McKinsey, avec un total de dépenses de 145 milliards de dollars en 2030, contre 50 milliards en 2015. Soit environ 6 000 dollars par habitant et par an qui seront affectés à ces dépenses par les 24 millions d’habitants de la capitale économique nigériane, quand le même ratio s’établirait à quelque 44 000 dollars pour les 37 millions de Tokyoïtes.

Kinshasa, Abidjan, Dakar, Douala, Brazzaville absentes

Une des limites du baromètre américain de la consommation africaine dans les villes est la surreprésentation des villes nigérianes dont neuf figurent dans en tête du classement des dépenses des ménages africains, et le décalage entre cette liste et les villes les plus peuplées. Ainsi Kinshasa, Abidjan, Dakar, Douala, Brazzaville n’apparaissent pas dans les données de McKinsey alors qu’elles comptent parmi les plus peuplées du continent.

Explication du bureau de Casablanca interrogé à ce sujet : « La raison pour laquelle certaines villes très peuplées d’Afrique ne figurent pas est principalement liée à l’absence d’informations chiffrées fiables sur ces villes et à une croissance estimée de la consommation plus faible que sur celles sélectionnées ».



* La liste complète établie par McKinsey par ordre d’importance de la croissance de la consommation entre 2015 et 2030 : Lagos (Nigeria), Johannesburg (Afrique du Sud), Pretoria (Afrique du Sud), Le Caire (Égypte), Luanda (Angola), Warri (Nigeria), Uyo (Nigeria), Owerri (Nigeria), Le Cap (Afrique du Sud), Ibadan (Nigeria), Abuja (Nigeria), Benin City (Nigeria), Khartoum (Soudan), Accra (Ghana), Casablanca (Maroc), Durban (Afrique du Sud), Port Harcourt (Nigeria), Kumasi (Ghana), Kano (Nigeria), Onitsha (Nigeria), Nsukka (Nigeria), Lusaka (Zambie), Aba (Nigeria), Alexandrie (Égypte), Rabat (Maroc) et Rustenburg (Afrique du Sud).