CPI : Dominic Ongwen, l’un des principaux chefs de la LRA, comparaîtra le 6 décembre

Par Jeune Afrique avec AFP

Dominic Ongwen, à la CPI, le 26 janvier 2015. © Peter Dejong/AP/SIPA

Dominic Ongwen, l'un des chefs les plus redoutés de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA), la sanglante rébellion ougandaise, comparaîtra devant la Cour pénale internationale à partir du 6 décembre pour crimes contre l'humanité, a annoncé la CPI lundi.

Dominic Ongwen est accusé d’esclavage sexuel et de recrutement d’enfants soldats. Lui-même ancien enfant soldat recruté à l’âge de 14 ans, il était l’un des leaders du groupe armé sanguinaire.

Selon la CPI, il s’est rendu coupable de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis dans le nord de l’Ouganda sur la période 2002-2005. En mars, les juges avaient confirmé l’ensemble des 70 accusations contre Dominic Ongwen, relevant qu’il existe « des motifs substantiels de croire » qu’il est responsable, en tant qu’auteur et en tant que commandant, de meurtres, viols, esclavage sexuel, torture, pillages et de recrutement d’enfants soldats âgés de moins de 15 ans.

Joseph Kony court toujours 

Dominic Ongwen s’est rendu de lui-même aux forces spéciales américaines présentes en Centrafrique, et a été transféré à La Haye en janvier 2015. Il est, à ce jour, le seul commandant de la LRA à être détention provisoire à la cour internationale, alors que son ancien chef Joseph Kony est toujours recherché, 10 ans après l’émission d’un mandat d’arrêt international.

Lors des audiences préliminaires qui se sont tenues en janvier, le procureur avait assuré aux juges que Dominic Ongwen était le « fer de lance » de la LRA, groupe qui est connu pour avoir massacré plus de 100 000 personnes et enlevé plus de 60 000 enfants, dans une guerre sanglante contre le pouvoir central de Kampala.