Burundi : la société civile demande au président de renoncer à un troisième mandat

Le président burundais Pierre Nkurunziza (au premier plan), le 4 novembre 2014 en Afrique du Sud. © AFP/Jennifer Bruce

Un collectif regroupant 304 associations de la société civile demande au président du Burundi, Pierre Nkurunziza, d’annoncer officiellement qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle prévue en juin 2015.

Le collectif "Campagne citoyenne Halte au 3e mandat", lancé il y a deux semaines, souhaite ainsi "prévenir de nouvelles violences" dans le pays.

Une lettre sans réponse

Une lettre avait déjà été adressée au président burundais le 4 février lui demandant de "s’abstenir de briguer un troisième mandat".  Faute de réponse, les associations de la société civile ont choisi de sortir sur la place publique mercredi 11 février. "Nous disons (à Pierre Nkurinziza) qu’il n’est pas encore trop tard pour (…) qu’il sorte de son silence", insiste l’un des responsables du collectif, Vital Nshimirimana. Selon le collectif, c’est la seule façon d’éviter  "une violence" qui sera en revanche "évidente s’il se représente".

L’exemple du président de la RD Congo, Joseph Kabila

Le collectif invite Pierre Nkurunziza à se servir de l’exemple de son homologue congolais, Joseph Kabila. "Nous l’appelons publiquement à prendre exemple sur le président de la RDC et à annoncer à son tour qu’il renonce à briguer un troisième mandat", dit Vital Nshimirimana.

Devant la protestation populaire, les sénateurs congolais ont supprimé l’incise contenue dans le texte initial d’un projet de loi qui liait l’organisation des élections législatives et présidentielle en 2016 au recensement général de la population, et permettaitin fine au président de briguer un nouveau mandat

>> Lire aussi : Burundi : l’Assemblée nationale retoque le projet de révision constitutionnelle de Nkurunziza

(Avec AFP)