Fermer

Relations économiques franco-africaines : 800 entreprises conviées à Paris en septembre

François Hollande lors du sommet pour la paix et la sécurité en Afrique le 6 décembre 2013 à Paris. C'est en marge de cette rencontre que la création de la fondation AfricaFrance avait été proposée. © Elysée

La fondation publique-privée AfricaFrance, qui vise à promouvoir les relations économiques entre l'Hexagone et le continent africain, organise les Rencontres Africa 2016 à Paris les 22 et 23 septembre 2016.

Depuis sa création en février 2015, la fondation AfricaFrance a phosphoré avec la création de clubs de réflexion sur les emplois, de programme de formation de cadres à haut potentiel et de promotion des jeunes leaders.

Autant d’activités qui seront complétées en septembre par la première édition des « Rencontres Africa » 2016, dont la fondation annonce, dans un communiqué le jeudi 26 mai, l’organisation les 22 et 23 septembre 2016 dans les murs du Conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris.

800 entreprises attendues

« Plus de 800 entreprises de premier plan, des financiers et des décideurs politiques seront présents », annoncent les organisateurs, au premier rang desquels les ministères français des Affaires étrangères et du Développement international, et de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.

Sur la page web de la rencontre, y sont notamment annoncés le président de la Banque africaine de développement BAD, Akinwemi Adesina, le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan,  le philanthrope britannique d’origine soudanaise Mo Ibrahim, Bassem Loukil, PDG du groupe familial tunisien éponyme, la milliardaire angolaise Isabel Dos SantosAlain Blaise Batongué, le secrétaire exécutif du Groupement inter-patronal du Cameroun, ou encore le financier nigrian Tony Elumelu et le ministre de l’Économie et des Finances du Sénégal Amadou Ba

La première garde de la promotion économique française à l’étranger sera également de la partie : l’Agence française de développement, la Banque publique d’investissement, Business France, le Conseil français des investisseurs en Afrique, le Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France…

Au menu des débats et des rencontres, une liste de thèmes qui émergeait déjà en 2013 et 2014 et reste à l’agenda des relations économiques : l’assurance, le numérique, l’agro-industrie, les transports, les villes durables, les médias et la culture.

En ligne de mire, le sommet Afrique-France qui aura lieu quelques mois plus tard, en janvier 2017 à Bamako.

Freiner les pertes de positions françaises

La fondation AfricaFrance a été impulsée pour renforcer les relations économiques entre l’Afrique et l’Hexagone. Elle fait suite au rapport Zinsou-Védrine de 2013 qui présentait « 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France », qui notait qu' »entre 2000 et 2011, la part de marché de la France au Sud du Sahara a décliné de 10,1 % à 4,7 %, même si la valeur des exportations françaises y doublait sur la même période ».

Parmi les quinze propositions d’ordre général du document figurait la création d’une fondation publique-privée franco-africaine « catalyseur du renouveau de la relation économique entre la France et l’Afrique ».

C’est le rôle endossé par AfricaFrance, que préside le financier franco-béninois Lionel Zinsou.