Liberia : l’ONU a levé l’embargo sur les armes

Par Jeune Afrique avec AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU. © Mark Garten/AP/SIPA

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté mercredi une résolution relative à la levée des sanctions imposées au Liberia, notamment l'embargo sur les armes.

Treize ans après la fin de la guerre civile au Liberia, le pays se retrouve enfin exempt de toutes sanctions onusiennes. Aux termes d’une résolution adoptée à l’unanimité, le 25 mai, le Conseil de sécurité a en effet supprimé le comité et le groupe d’experts chargés de superviser l’imposition des sanctions imposées à l’État libérien.

Celles-ci visaient notamment à lutter contre le trafic de ressources naturelles (diamants, bois) ou gelaient les avoirs de certains individus. Mais elles avaient été progressivement allégées depuis 2006.

Il ne restait plus en fait dans l’arsenal de sanctions qu’un embargo sur les armes destinées aux « acteurs non étatiques » et l’obligation pour le gouvernement de notifier à l’avance le comité concernant ses achats d’armements.

Cliquez sur un pays pour savoir s’il est ou a été déjà sanctionné par le Conseil de sécurité 

Jeune Afrique

Légende © Jeune Afrique

La résolution du Conseil de sécurité a « [salué] les progrès constants que le gouvernement libérien fait dans la reconstruction du Liberia, pour le bien de tous ses habitants ». Elle a invité néanmoins le gouvernement « à donner la priorité à l’adoption rapide de la législation sur la gestion des armes et des munitions », à prendre toutes les mesures nécessaires « pour lutter contre le trafic d’armes et de munitions » et à mieux contrôler ses frontières.

« Le Liberia a fait d’importants progrès », selon Washington

Les États-unis, initiateurs de cette résolution, se sont félicités de la levée des dernières sanctions. « Plus de 12 ans après la fin d’une guerre civile brutale et l’imposition de sanctions par le Conseil, le Liberia a fait d’importants progrès pour construire des institutions démocratiques et guérir les blessures du passé », a confirmé la mission américaine auprès de l’ONU.

Dans un communiqué, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU,  a « accueilli avec satisfaction » la levée des sanctions. Une « preuve supplémentaire des progrès importants accomplis par le pays et la sous-région pour maintenir la stabilité », a-t-il expliqué.

De son côté, George Patten, chargé d’affaires du Liberia à l’ONU, a exprimé au Conseil la « profonde gratitude » de son gouvernement pour cette décision et son « soutien sans faille », soulignant toutefois que « le régime de sanctions avait contribué dans une large mesure à stabiliser le pays et à stimuler sa reprise économique après le conflit ».

George Patten a également rappelé que le parlement libérien avait approuvé il y a quelques jours un projet de loi sur le contrôle des armes à feu et des munitions. « Le Liberia est parvenu à un tournant décisif », a-t-il affirmé, soulignant qu’à partir de fin juin, le pays est censé assurer lui-même sa sécurité alors qu’il est soutenu depuis 2003 par une mission de l’ONU (Unmil).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici