Libye : l’EI décapite 21 coptes égyptiens, Le Caire réplique par des bombardements

Par Jeune Afrique

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi le 31 janvier au Caire. © AFP

L'Égypte a annoncé lundi que son aviation avait bombardé des positions de l'État islamique en Libye. Quelques heures plus tôt, le groupe jihadiste diffusait une vidéo montrant l'assassinat par décapitation de 21 Égyptiens de confession chrétienne copte.

Mis à jour à 11 heures 30

La riposte égyptienne n’aura pas tardé. "Nos forces armées ont mené lundi des frappes aériennes ciblées contre des camps et des lieux de rassemblement ou des dépôts d’armes de Daech en Libye", (l’acronyme en arabe de l’EI), annonce lundi 15 février un communiqué de l’armée.

Les télévisions montraient le décollage d’avions de combat en pleine nuit, assurant qu’ils partaient pour la Libye voisine. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait convoqué d’urgence dimanche soir le Conseil national de défense et juré de punir les "assassins" de la manière "adéquate".

Abdel Fattah al-Sissi et son homologue français François Hollande ont demandé une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies et "de nouvelles mesures" conttre l’État islamique (EI), après un entretien téléphonique entre les deux chefs d’État.

Le groupe jihadiste a diffusé dimanche une vidéo montrant la décapitation d’hommes qu’il présente comme 21 Égyptiens de confession chrétienne copte récemment kidnappés en Libye. Le Caire a annoncé un deuil national de sept jours.

>> Lire aussi : l’État islamique brûle vif un pilote jordanien et publie la vidéo

Sur la vidéo diffusée sur internet, des hommes portant des combinaisons oranges, semblables à celles d’autres otages exécutés ces derniers mois en Syrie, sont alignés sur une plage les mains menottées dans le dos, avant que leurs bourreaux ne les décapitent au couteau.

Une incrustation au début de la vidéo situe la scène dans la province de Tripoli ("Wilayat Tarabulus" pour l’EI) et un autre message écrit explique que les victimes sont "des gens de la Croix fidèles à l’Église égyptienne ennemie".

Un homme habillé en treillis militaire s’exprime en anglais avec un couteau à la main alors que les autres bourreaux, un derrière chaque prisonnier, sont intégralement vêtus de noir et silencieux. Tous sont masqués.

"Aujourd’hui, nous sommes au sud de Rome, sur la terre musulmane de la Libye (…) cette mer dans laquelle vous avez caché le corps du cheikh Oussama ben Laden, nous jurons devant Allah que nous allons la mêler à votre sang", assène-t-il.

>> Lire aussi : la branche libyenne de l’État islamique annonce l’exécution de deux journalistes tunisiens

Le groupe jihadiste dit agir en représailles à d’anciens incidents confessionnels en Égypte, durant lesquels l’Église avait été accusée d’avoir empêché la conversion à l’islam des épouses de deux prêtres coptes.

(Avec AFP)

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici