L’argent des Africains : Edite, ancienne juriste et vendeuse au Cameroun – 427 euros par mois

Edite dans sa boutique de vêtements à Yaoundé ©

Edite, 36 ans, tient une boutique de vêtements à Yaoundé. Arrondissant ses fins de mois grâce à son activité de juriste et l’aide de sa famille, elle gagne environ 280 000 francs CFA, soit 427 euros par mois. Pour ce nouveau volet de l’argent des Africains, elle nous ouvre son portefeuille.

“J’ai décidé de tout plaquer pour ouvrir ma boutique de prêt-à-porter”, annonce Edite, déterminée. Diplômée en droit des affaires et de l’entreprise, cette mère de famille de 36 ans a d’abord travaillé dans un cabinet fiscal avant de se mettre à son propre compte, il y a environ deux mois.

Son père, fonctionnaire, étant souvent en déplacement, Edite a passé son enfance dans de nombreuses villes différentes. C’est à Obala, à 45 km au nord de la capitale camerounaise, qu’elle a fait son collège et son lycée. Installée à Yaoundé depuis cinq ans, elle élève seule ses deux enfants, âgés de un et quatre ans.

Revenu mensuel : environ 430 euros

Boubous multicolores, robes marinières, jupes fluos, chaussures à talons… Edite passe environ dix heures par jour dans son magasin de vêtements et a gagné en moyenne 260 euros par mois depuis le début. Un revenu largement supérieur au salaire minimum camerounais, qui plafonne à 55 euros. Mais cette vendeuse aime préciser que “quand on n’est pas salarié, c’est difficile de savoir en avance ce que vont rapporter les ventes !”

Pour arrondir ses fins de mois, cette juriste de formation a donc décidé d’effectuer des consultations juridiques pour les particuliers. “Je les aide à faire des contrats ou à résoudre des contentieux. Cela me permet d’avoir d’autres rentrées d’argent”, indique-t-elle. Cette activité lui rapporte environ 76 euros tous les mois.

Sa famille lui apporte également une aide financière en lui versant chaque mois pas loin de 92 euros.

Un appartement de deux chambres : 105 euros

Edite vit avec ses deux jeunes garçons et héberge leur nounou dans un appartement de deux chambres. Au loyer de 91 euros s’ajoutent les factures pour le câble (5 euros), l’électricité (5 euros) et l’eau (4 euros).

Transports et courses : 125 euros

Pour se rendre à son magasin, elle dépense presque un euro par jour en taxi, soit environ 23 euros tous les mois. Mais ce qui pèse le plus sur le porte-monnaie de cette vendeuse sont sans conteste ses courses hebdomadaires. “Je dépense environ 102 euros par mois lorsque j’achète à manger !”, s’exclame-t-elle. “J’essaye de déjeuner le plus possible à la maison pour ne pas avoir de frais supplémentaires.”

Dépenses pour les enfants :  154 euros

“Avec la nourriture, là où je dépense le plus d’argent, c’est pour mes enfants”, annonce cette mère de famille fière de ces deux fistons. “J’héberge une nounou chez moi que je rémunère 31 euros par mois. Sinon, presque tout le reste de mes revenus part dans les frais de scolarité, les vêtements ou la santé de mes garçons.”

Épargne et imprévus : 43 euros

La plupart du temps, Edite arrive à mettre de côté une quinzaine d’euros tous les mois. Surtout, cette ancienne juriste camerounaise met un point d’honneur à contribuer au bon déroulement des événements familiaux ou amicaux. “Je peux dépenser jusqu’à 30 euros. Il y a un fort système de solidarité ! Je contribue financièrement s’il y a des naissances, des décès, des mariages ou tout simplement des visites de ma famille.”

Taux de conversion établi à 1 euro = 655,96 francs CFA

__________________________

Si vous souhaitez participer à notre série, écrivez nous à

argentdesafricains@jeuneafrique.com