RD Congo : Denis Mukwege demande un « changement radical » du système

Par Jeune Afrique avec AFP

Denis Mukwege lors de la remise de son prix Sakharov, en 2014. © Christian Lutz/AP/SIPA

Le célèbre chirurgien congolais Denis Mukwege a appelé mardi à "un changement radical" en RDC, le jour de la célébration de la prise de pouvoir par Laurent Désiré Kabila, en référence aux massacres à répétition dans l'est du pays.

Pour le chirurgien, il faut « un changement radical de l’actuel système » parce que « les crimes et barbaries qui sévissent dans l’est de la RDC depuis 20 ans renaissent avec une nouvelle intensité dans la région de Beni, au Nord-Kivu. Des massacres que les autorités et la mission de l’ONU en RDC attribuent aux rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliés (ADF), présents depuis 1995 dans l’est du pays.

Appel à la mobilisation 

Les populations ont le sentiment d’être « abandonnées et livrées à elle-mêmes », écrit Denis Mukwege dans son message, publié mardi 17 mai. « Depuis octobre 2014, le bilan s’élève à plus de 600 morts ! Les images de ces atrocités de masse sont insupportables : des femmes enceintes éventrées, des bébés mutilés, des êtres humains ligotés et égorgés à l’arme blanche », poursuit le chirurgien, espérant que les Congolais « se mobilisent pour parvenir au changement tant attendu ».

À l’approche de l’élection présidentielle congolaise, le médecin, qui a reçu en 2014 le Prix Sakharov des droits de l’Homme, hausse le ton. Mi-mars, il avait déjà accusé les autorités de multiplier les manœuvres en vue de retarder les élections au-delà des délais prévus dans la Constitution.

Un glissement qui semble de plus en plus probable. Le 11 mai, la Cour constitutionnelle a en effet autorisé Joseph Kabila à rester en fonctions si la présidentielle n’est pas organisée avant la fin de son mandat, le 19 décembre 2016.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici