Libye : Daesh s’empare d’une nouvelle localité stratégique

Par Jeune Afrique avec AFP

Combattant rebelle posté devant une raffinerie, près de Ras Lanouf dans le nord-est de la Libye, le 5 mars 2011. © Hussein Malla/AP/SIPA

L'organisation terroriste État islamique (EI ou Daesh en arabe) en Libye a réussi à prendre le contrôle d'une nouvelle localité stratégique dans l'ouest du pays, a indiqué jeudi un porte-parole de la cellule chargée des opérations contre l'EI dans l'ouest de la Libye.

La prise d’Abou Grein, annoncée jeudi 12 mai, a eu lieu après une série d’attaques contre les forces progouvernementales lancées la semaine dernière par les combattants de l’EI venus de la ville de Syrte qu’ils contrôlent depuis juin 2015 et située à environ 140 km plus à l’est.

C’est la première fois que le groupe terroriste sunnite réussit à étendre son contrôle à un secteur à l’ouest de Syrte. L’EI contrôle de petites localités à l’est de ce fief.

Une offensive de l’armée en préparation 

Abou Grein est un carrefour clé qui relie Syrte à la ville de Misrata, plus à l’ouest. Cette localité est également située sur une importante intersection reliant le nord au sud du pays.

S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, le porte-parole libyen a expliqué que l’EI s’étendait désormais vers l’ouest. »Les forces progouvernementales se préparent à lancer une offensive pour récupérer les zones sous contrôle de l’EI », a-t-il ajouté sans autre précision.

Plusieurs attaques simultanées

Le groupe jihadiste avait mené le 5 mai une attaque contre un poste de contrôle à Abou Grein, faisant huit morts. Après cette attaque, des centaines de familles avaient été contraintes de fuir la localité, craignant d’être sous le joug de l’EI, groupe responsable d’exactions terribles tels que des décapitation, des viols, ou encore des prises d’otages.

Mercredi soir, toujours dans l’ouest libyen, l’EI a par ailleurs mené deux attaques simultanées contre un poste de contrôle militaire à Saddada, une localité sous contrôle du gouvernement d’union située à 100 km au sud de Misrata. Les attaques et les affrontements qui ont suivi entre jihadistes et forces de sécurité ont fait quatre morts et 24 blessés parmi celles-ci, selon le porte-parole.