Une vingtaine d’enfants kidnappés en Éthiopie ont été libérés au Soudan du Sud

Par Jeune Afrique avec AFP

La région de Gambella en Éthiopie est frontalière avec le Soudan du Sud. © Google Map / Capture d'écran

Dix-neuf enfants, enlevés le mois dernier en Éthiopie par des hommes armés venus du Soudan du Sud, ont été libérés "sans combats" grâce à la médiation des autorités sud-soudanaises, a annoncé mardi le gouvernement éthiopien. Des négociations sont en cours pour secourir les autres enfants captifs.

« Le Soudan du Sud est parvenu à localiser les enfants et à négocier avec les chefs tribaux pour les faire libérer », a déclaré mardi 10 mai Getachew Reda, porte-parole du gouvernement éthiopien. Ils ont été ramenés sains et saufs lundi à Gambella, ville de l’ouest de l’Éthiopie proche de la frontière sud-soudanaise, a-t-il précisé.

Les négociations en vue de secourir les autres enfants se poursuivent, selon M. Reda. « Nous espérons que les enfants seront ramenés sains et saufs et sans recours à la violence, mais les forces éthiopiennes continueront de faire tous les efforts possibles, y compris des interventions militaires si nécessaire », a ajouté le porte-parole.

Ce dernier s’est refusé à préciser le nombre de soldats éthiopiens actuellement en opération sur le territoire sud-soudanais.

Raid de l’armée éthiopienne 

L’armée éthiopienne était entrée au Soudan du Sud après l’enlèvement de plus d’une centaine d’enfants, le 15 avril, lors d’un raid meurtrier attribué à des hommes de l’ethnie Murle venus du Soudan du Sud et armés de kalachnikovs.

Ce raid, qui avait fait 208 morts, avait été mené sur des villages habités par des Nuers du côté éthiopien de la frontière, près de la ville de Gambella. Quelque 2 000 têtes de bétail avaient également été volées.

L’attaque avait provoqué la colère des autorités éthiopiennes qui avaient promis de poursuivre les assaillants et de ramener les enfants kidnappés.