Fermer

Sénégal : nouvelle découverte de gaz au large de Dakar

Exploration de Kosmos au large du Sénégal et de la Mauritanie. © Kosmos

Kosmos Energy vient de rendre publique une nouvelle découverte de gaz naturel au large de Cayar, à 65 kilomètres au nord-ouest de Dakar. Les premières évaluations des réserves sont estimées à environ 140 milliards de mètres cubes.

L’information annoncée par un communiqué de Kosmos Energy daté du 6 mai, a été confirmée par le gouvernement sénégalais, lundi 9 mai, via un communiqué de son ministère de l’Energie et de Développement des Énergies renouvelables : après deux premières découvertes de gaz en mai 2015 puis en janvier 2016, l’exploration de la junior américaine dans les eaux sénégalo-mauritaniennes a de nouveau fait mouche.

Il s’agit cette fois-ci du puits Teranga-1 situé dans le bloc Cayar Offshore Profond « situé à environ 65 kilomètres au nord-ouest de Dakar et à près de 100 kilomètres au sud de la précédente découverte de Gueumbeul 1 dans le bloc de St. Louis Offshore Profond », selon le communiqué de la société. Dans ce chenal, le forage fructueux de cinq puits d’exploration et d’évaluation amènent à une estimation de 140 milliards de mètres cube de réserves de gaz naturel.

Ressources de classe mondiale     

« Le succès continu de nos opérations d’exploration démontre que nous avons ouvert un bassin offshore de grande envergure à cheval entre la Mauritanie et le Sénégal, détenant un potentiel de ressources de classe mondiale », explique Andrew Inglis, le CEO de Kosmos Energy. En janvier, la société avait estimé à 17 000 milliards de pieds cubes de gaz le potentiel total des différents blocs au large du Sénégal et de la Mauritanie.

Priorité donc à la mise en exploitation des forages qui peuvent l’être, a redit Andrew Inglis après cette nouvelle annonce, alors que l’exploration se poursuit parallèlement.

Selon le ministère sénégalais de tutelle, les prochaines étapes consistent à travailler avec la Mauritanie pour la mise en place d’un cadre pour la délimitation, l’évaluation, le développement et l’exploitation des ressources communes d’hydrocarbures dans la zone frontalière des deux pays.