Sécheresse : l’ONU s’inquiète de la situation alimentaire au Zimbabwe

Par Jeune Afrique avec AFP

Collecte de dons alimentaires au Zimbabwe, durant la sécheresse de 2002. © STR/AP/SIPA

L'ONU s'est inquiétée lundi de la situation alimentaire au Zimbabwe, touché par une grave sécheresse. Selon l'organisation, le pays a besoin de 290 millions de dollars pour nourrir jusqu'à 4,5 millions de personnes d'ici les prochaines récoltes.

« Les prévisions générales sur la situation alimentaire au Zimbabwe jusqu’en mars 2017 sont sombres », a estimé Eddie Rowe le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) pour le pays, à l’occasion d’une conférence de presse à Harare, lundi 9 mai. Selon le PAM, jusqu’à 4,5 millions de Zimbabwéens auront besoin d’une aide alimentaire d’ici mars 2017, en raison de la sécheresse qui touche principalement le sud du pays.

« Les pluies de mars-avril ont légèrement amélioré la situation, mais pour la plupart (des habitants) il était trop tard pour sauver les récoltes. Et plusieurs districts sentent encore les brûlures d’El Nino », a ajouté Eddie Rowe, faisant référence à ce courant chaud équatorial du Pacifique qui aggrave la sécheresse en Afrique australe.

Sur les 360 millions de dollars nécessaires dans le plan de réponse, seuls 70 millions ont été reçus.

Bishow Parajuli, le représentant du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) dans le pays, estime que les besoins devraient augmenter dans les prochains mois étant donné que les plans d’aide sont « loin d’être complètement financés ». « Sur les 360 millions de dollars (316 millions d’euros) nécessaires dans le plan de réponse, seuls 70 millions ont été reçus », a-t-il précisé Parajuli. Et d’ajouter : « Selon nos prévisions, le nombre de personnes en insécurité alimentaire va fluctuer de 30% à 49% de la population rurale – soit 4,5 millions de personnes – » avant les prochaines récoltes de mars 2017.

Catastrophe naturelle

« 6 000 enfants ont abandonné l’école dans la province du Matabeleland Nord (ouest du pays) à cause de la famine ou de la nécessité d’aller aider leur famille dans les fermes », souligne le bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), dans un rapport publié lundi 9 mai. « Les enfants ne vont plus à l’école, ils se réveillent au milieu de la nuit pour aller chercher de l’eau potable », ajoute le texte.

En février, le président Robert Mugabe a déclaré l’état de catastrophe naturelle dans de nombreuses zones rurales, dévastées par la sécheresse qui frappe également l’Afrique du Sud, la Zambie et le Malawi. Autrefois qualifié de grenier de l’Afrique, le Zimbabwe a connu des pénuries à répétition ces dernières années et dépend de l’importation de céréales des pays voisins depuis plusieurs années.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici