Kenya : le gouvernement veut mettre fin à l’accueil des réfugiés

Par Jeune Afrique

Le camp de réfugiés de Dadaab, dans le sud du Kenya à la frontière somalienne, en août 2011. © IHH Humanitarian Relief Foundation / Flickr

Le ministère de l'Intérieur a annoncé vendredi la fermeture de deux principaux camps de réfugiés du pays, où 600 000 personnes ont fui la Somalie voisine.

« Le gouvernement a décidé de mettre fin à l’accueil des réfugiés », a indiqué par voie de communiqué vendredi 6 mai un haut responsable du ministère de l’Intérieur, Kranja Kibicho, évoquant des raisons de sécurité et la menace que fait peser sur le pays les insurgés islamistes Shebab.

À ce titre, le gouvernement a annoncé la fermeture « dès que possible » des deux principaux camps de réfugiés de Dadaab, dans le comté de Garissa, proche de la frontière somalienne et de Kakuma dans le nord-ouest du pays. Le Kenya qui accueille pas moins de 600 000 réfugiés sur son territoire, pour la plupart des Somaliens, a demandé à la communauté internationale de prendre ses responsabilités.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici