La Côte d’Ivoire, relais d’investissements du groupe Orange en Afrique

Par - (Avec Baudelaire Mieu, à Abidjan)

En Côte d'Ivoire, Orange a réalisé un chiffre d’affaires de 599 milliards de F CFA en 2015. © www.orange.ci

Attendu depuis plusieurs années, la fusion de l’opérateur mobile Orange Côte d’Ivoire et de l’opérateur fixe Côte d’Ivoire Telecom, tous deux contrôlés par Orange est enfin lancé.

Un protocole d’accord a été signé le 28 avril à la primature par Bruno Mettling, PDG d’Orange Middle East and Africa (OMEA), et les ministres ivoiriens du Budget, Abdourahmane Cissé, de l’économie, Adama Koné, et de l’Économie numérique et de la Poste, Bruno Koné. Les discussions avec l’État, également actionnaire, devraient aboutir d’ici la fin de l’année.

« C’est un dossier sur lequel, nous travaillons depuis quatre ans et qui devrait être formellement conclu d’ici à la fin de l’année”, a commenté Mamadou Bamba, directeur général d’Orange Côte d’Ivoire.

Les actifs d’Orange Cote d’Ivoire et Cote d’Ivoire Télécom représenteront respectivement 69% et 31% du nouvel ensemble, dont le nom officiel n’est pas encore arrêté. D’après nos informations, le chiffre d’affaires des deux entreprises représente 924 millions d’euros en 2015, l’opérateur mobile ayant réalisé à lui seul un chiffre d’affaires de 637 millions d’euros.

À l’issue de l’opération, Orange contrôlera 73 % de la nouvelle société, tandis que l’État de Côte d’Ivoire en détiendra 15 %, la famille Billon en sera également actionnaire via l’entreprise Sifcom.

Investissements massifs

Si beaucoup de synergies existent déjà entre les deux entités, la fusion permettra notamment d’accélérer la couverture en fibre optique du pays en incitant le groupe Orange a investir massivement.

« Nous ferons des investissements importants dans la fibre optique. Pour cela, la société lèvera des financements » a indiqué Bruno Mettling. Au moins 75 milliards de F CFA devraient être investis par Orange en Côte d’Ivoire cette année.

Fin juin, l’opérateur inaugurera un nouveau data center, certifié tiers 4, qui hébergera des plateformes informatiques utilisées par une vingtaine de filiales africaines d’Orange et les premiers raccordements au réseau en fibre optique d’immeubles dans les communes de Cocody et du Plateau. L’installation de fibre optique dans les zones industrielles d’Abidjan est également à l’étude.

Montée en puissance

La fusion des deux opérateurs s’inscrit dans une stratégie de montée en puissance d’Abidjan en tant que tête de pont du groupe Orange en Afrique de l’ouest. « La Côte d’ivoire sera  un important relais et levier du groupe Orange pour investir dans la région comme nous l’avons récemment au Burkina Faso et au Libéria », a confié Bruno Mettling. Si la prise de contrôle de Cellcom au Libéria a été finalisée, celle d’Airtel Burkina Faso devrait l’être d’ici un mois.