Fermer

Nigeria : Shell déclare l’état de force majeure sur certaines livraisons

Par AFP

Suite à  l'attaque d'un oléoduc la semaine dernière, la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell a déclaré l'état de force majeure pour le terminal d'exportation de Forcados.

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell a déclaré l’état de force majeure pour le terminal d’exportation de Forcados (sud), entraînant la non-garantie des livraisons, suite à  l’attaque d’un oléoduc la semaine dernière, a indiqué Tony Okonedo, un porte-parole de Shell mardi.

« Nous avons suspendu les déchargements concernant la plus grosse partie de mars et avril à  Forcados », a déclaré à  l’AFP ce porte-parole.

La mesure est entrée en vigueur le 7 mars, a-t-il précisé.

La clause de « force majeure », courante dans les milieux pétroliers et déjà  invoquée par Shell au Nigeria, permet à  l’industriel de suspendre ses obligations contractuelles, telles que les livraisons de pétrole et de gaz, à  la suite d’évènements imprévus, sans encourir de pénalités.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici