Sahara occidental : Ban Ki-moon demande le retour du personnel de la Minurso expulsé par le Maroc

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, à Genève le 8 avril. © Martial Trezzini/AP/SIPA

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a demandé ce mardi au Conseil de sécurité de le soutenir pour rétablir les activités de la Minurso au Sahara et appeler au retour de son personnel expulsé par le Maroc le 20 mars. Rabat a déjà déclaré que cette expulsion était irrévocable.

Le dossier du Sahara a-t-il atteint le point de non retour ? Selon l’AFP, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a demandé mardi 19 avril que le Conseil de sécurité « rétablisse et soutienne le rôle » de la mission de l’ONU au Sahara occidental, dont une partie des effectifs a été expulsée par le Maroc le 20 mars.

Dans son rapport annuel sur le Sahara soumis le 18 avril au Conseil de sécurité, Ban Ki-moon a estimé que les expulsions décidées par Rabat pourraient « être exploitées par des éléments radicaux et terroristes » et ainsi menacer la stabilité de la région, indique l’AFP. Pour lui, sans un personnel expatrié civil complet pour assurer la logistique, la Minurso ne peut pas remplir le mandat que lui a confié le Conseil. 

Le Maroc maintient sa décision d’expulsion

Le Maroc a déjà fait savoir, le 24 mars, que le retour des cadres de la Minurso n’était pas l’ordre du jour. Le gouvernement marocain a estimé que ses sanctions à l’égard de la Minurso – intervenues suite aux propos de Ban Ki-moon qualifiant la situation dans la région « d’occupation »- sont « souveraines et irrévocables » et que l’option de l’autonomie sous souveraineté marocaine pour le Sahara était le maximum que le Royaume pouvait offrir sur le dossier du Sahara. Rabat estime que la mission principale de la Minurso est de surveiller le cessez-le-feu. En revanche, il ne voit aucune utilité à la présence du personnel civil, vu que l’option du référendum n’est plus à l’ordre du jour. 

Le Polisario menace 

Le 14 avril, le Polisario a mis en garde l’ONU d’un risque de reprise des hostilités avec le Maroc si la Minurso ne pouvait pas assumer pleinement son mandat. Pour lui, le risque d’une rupture du cessez-le-feu va augmenter si la mission onusienne est obligée de quitter les lieux ou si elle se trouve dans l’incapacité d’accomplir son travail.

C’est la raison pour laquelle Ban Ki-moon a recommandé de renouveler d’un an le mandat de la mission, jusqu’au 30 avril 2017, indique l’AFP. Le Conseil de sécurité doit se prononcer sur ce rapport fin avril.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique