Gambie : après la mort de trois opposants en détention, Ban Ki-moon réclame une enquête

Par Jeune Afrique avec AFP

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, à Genève le 8 avril. © Martial Trezzini/AP/SIPA

Suite à l'annonce de la mort de trois opposants en détention, le secrétaire général de l'ONU a demandé lundi la libération immédiate des manifestants arrêtés la semaine dernière.

Dans un communiqué daté du 18 avril, Ban Ki-moon s’est dit profondément préoccupé par l’usage excessif de la force dont ont fait preuve les autorités du pays lors de la manifestation pacifique du 14 avril, demandant la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées.

Cette déclaration intervient après l’annonce de la mort de trois opposants, membres du Parti démocratique unifié (UDP), arrêtés lors de la manifestation organisée à Banjul contre le président Yahya Jammeh. À ce titre, le chef de l’ONU a demandé aux autorités de mener une enquête « rapide, approfondie et indépendante » sur les circonstances de leur mort, notamment celle de Solo Sandeng, un haut responsable de l’UDP, qui avait pris la tête de la contestation.

Yahya Jammeh est au pouvoir depuis 1994 et il a été investi fin février par son parti l’Alliance pour la réorientation et la construction patriotique (APRC) pour briguer un cinquième mandat lors de la présidentielle de décembre.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici