Présidentielle aux Comores : Azali Assoumani en tête avec 40,98 % des voix, devant Mohamed Ali Soilihi et Mouigni Baraka

Par Jeune Afrique avec AFP

Le 18 janvier, au siège de Jeune Afrique. L'ancien putschiste, 57 ans, figure parmi les 25 candidats à l'élection du 21 février. © CAMILLE MILLERAND/DIVERGENCE POUR J.A.

Le colonel Azali Assoumani est arrivé en tête du second tour des élections présidentielles aux Comores, selon des résultats rendus publics vendredi par la Commission électorale.

Le colonel Azali Assoumani a obtenu 40,98% des voix à l’issue du second tour de l’élection présidentielle qui s’est déroulé dimanche, selon des résultats rendus publics vendredi par la Commission électorale. L’ex-putschiste qui a dirigé le pays de 1999 à 2006 devance le candidat du pouvoir, Mohamed Ali Soilihi, dit Mamadou, qui recueille 39,87% des voix, et Mouigni Baraka, le gouverneur de Grande-Comore, largement distancé (19,15% des voix).

Si Assoumani arrive en tête de l’élection, il ne peut pas encore être déclaré président élu en raison d’un recours déposé ce vendredi 15 avril auprès de la Cour constitutionnelle par les observateurs de l’Union européenne. Ces derniers déclarent avoir constaté des fraudes sur l’île d’Anjouan et demanderaient à ce que le scrutin soit réorganisé dans les bureaux de vote concernés.

Les trois candidats étaient tous originaire de la Grande-Comore, la principale île de l’archipel, à qui revient la présidence tournante de l’Union des Comores conformément à sa constitution. Contrairement au premier tour du 21 février, qui ne concernait que le corps électoral de Grande-Comore, le second tour disputé dimanche s’est déroulé sur l’ensemble du territoire. Le scrutin s’est déroulé dans un climat tendu, notamment sur l’île d’Anjouan, où la participation pouvait s’avérer décisive pour départager les trois candidats en lice.