Ligue des champions : Yaya Touré, le joker de Manchester City

Yaya Touré, en décembre 2014, face à Crystal Palace. © Jon Super/AP/SIPA

Alors que le milieu de terrain parisien aura à cœur de faire mieux qu’au match aller à Paris, les Mancuniens enregistrent dans ce secteur de jeu un renfort de poids avec le retour de Yaya Touré. Voici au moins trois raisons pour lesquelles l’Ivoirien pourrait faire basculer le match Manchester City-PSG en faveur des siens.

1. Il est le véritable meneur de jeu de son équipe

Le joueur de 32 ans sera la vraie plaque tournante de Manchester City face au Paris Saint-Germain. Vraisemblablement positionné derrière son attaquant Aguëro, Yaya Touré va permettre de fluidifier le jeu des Citizens, avec une possibilité de décrocher et de remonter les ballons avec sa conduite de balle et sa puissance.

Milieu défensif au début de sa carrière, repositionné plus offensivement depuis son arrivée en Premier League, l’Ivoirien devrait pouvoir pallier les faiblesses du milieu récupérateur composé de Fernando et de Fernandinho, qui a parfois du mal à remonter les ballons et à enclencher les actions. Il sera le relais de choix entre la défense et David Silva ou Agüero, sans oublier le Belge Kevin De Bruyne, buteur à l’aller.

Dernier atout offensif : sa capacité de frapper aux alentours de vingt mètres. Alors que, à l’aller, les Parisiens avaient peiné à monter en défense sur les attaquants adverses, la frappe de l’Ivoirien au-delà de la surface de réparation pourrait être un danger de taille, comme elle l’a déjà été cette saison à Kiev, en Ligue des champions.

2. Il devrait leur permettre de conserver davantage le ballon

Manchester City sera qualifié si son équipe ne prend pas de but. Les joueurs en sont donc convaincus : ils devront davantage tenir le ballon qu’ils ne l’avaient fait à l’aller, avec 36% de possession. Et cela passe notamment par un entre-jeu maîtrisé, face à des Parisiens diminués par l’absence de Marco Verratti dans ce secteur.

Quitte à cadenasser le milieu de terrain, Manuel Pellegrini, l’entraîneur des Mancuniens, pourrait choisir, en cours de match ou non, de positionner l’Ivoirien devant la défense, comme il l’a déjà fait cette saison lors de la finale de la League Cup, remportée face à Liverpool fin février. Yaya Touré piloterait alors le milieu depuis l’arrière, avec Fernando sur sa droite.

3. Il a l’expérience de ces grands rendez-vous

S’il n’affiche plus la constance qui était la sienne avant 2014, et s’il peine à enchaîner les performances de très haut niveau cette saison, Yaya Touré, reste capable, techniquement et physiquement, d’accélérer, de perforer, de frapper… En bref, de bonifier tout ballon touché. Surtout, il a, avec son expérience à Barcelone notamment, l’expérience de ces grands rendez-vous européens.

Il a remporté la Ligue des champions avec les Blaugrana en 2009 et participe à la compétition depuis la saison 2005/2006, année où il avait posé ses valises à l’Olympiakos, en Grèce. Sur les dix dernières éditions, Yaya Touré n’a été absent qu’une fois. Il aura en outre à cœur de réussir ce qui restera sans doute comme sa dernière saison à Manchester City.

Avec l’arrivée de Pep Guardiola (qui lui a fait perdre sa place de titulaire à Barcelone) et le peu d’empressement de son club à le renouveler, l’Ivoirien n’a en effet pas fait mystère de ses envies de départ.