Fermer

Gabon – Movaizhaleine : Maât Seigneur Lion chante pour les « panthères »

Maât Seigneur Lion. © Capture d'écran YouTube.

Maât Seigneur Lion, moitié du duo gabonais Movaizhaleine, a dévoilé il y a quelque jour un nouveau titre, "Pas comme on l'Entend". S'il y a un seul son à écouter, c'est celui-ci.

Résister. C’est certainement le verbe qui qualifie le mieux le duo gabonais Movaizehaleine. Résister aux appels du pied des uns et des autres pour garder son indépendance, résister pour face à l’injustice et au mensonge. Depuis plus de vingt ans, le duo – composé de Ékomy Ndong Mba Meyong, alias Lord Ékomy Ndong, et Yvon Martial Moussodou-Mam, dit Maât Seigneur Lion – délivre inlassablement un message mêlant mysticisme, spiritualité et critique du système politique. Toujours sous le haut patronage du mvett, la harpe sacrée, symbole de l’oralité qui accompagne les récits guerriers de l’épopée des Fangs.

Alors que le scrutin présidentiel gabonais approche à grands pas, Maât Seigneur Lion, dont l’album est très attendu, a dévoilé sur les réseaux sociaux un nouveau titre : « Pas comme on l »Entend ». Titre redoutable, mélodique et sublimement produit par Ékomy, le propos est explicite : « Sankara, Kwamé Nkrumah voilà des gens qu’on attend ». Ils sont nombreux ceux qui aimeraient voir le plus grand groupe de rap du Gabon chanter l’hymne d’un parti ou d’un programme. Et Matt de répondre : « À qui le tour ? Président élu ? Ah non’pas comme on l’entend’! Les chiens aboyaient, la caravane passait/Mais un beau matin, les panthères vont les remplacer/Vous allez faire comment ? ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici