La réaction du groupe Dangote après sa citation dans les « Panama Papers »

Aliko Dangote. © Bénédicte Kurzen/NOOR

Interrogé par "Jeune Afrique" après sa citation par deux médias français et nigérian associés aux "Panama Papers", le groupe du tycoon Aliko Dangote renvoie à son statut "d'investisseur global" et assure se mettre en conformité "avec les lois et réglementations de tous les pays" où il intervient.

Le groupe d’Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, réagit, après avoir été cité en tant qu’actionnaire de plusieurs sociétés domiciliées au Panama, aux îles Vierges britanniques et aux Seychelles, par Le Monde (le 5 avril) et Premium Times (le 7 avril), deux des médias associés aux « Panama Papers« , l’enquête internationale sur les clients de Mossack Fonseca, une firme panaméenne chargée de créer et domicilier des sociétés basées dans des paradis fiscaux.

« Aliko Dangote est un investisseur global et il est assez normal pour des investisseurs à l’échelle mondiale, mon patron inclus, de détenir des participations dans des sociétés offshore. Par principe, nous nous assurons d’une stricte conformité avec les lois et les réglementations, quel que soit le pays où nous opérons », a indiqué par courriel Anthony Chiejina, le directeur de la communication du Dangote Group, en réponse aux questions de Jeune Afrique.

Selon le quotidien français Le Monde, qui cite les « Panama Papers », Aliko Dangote a été l’un des actionnaires de la société pétrolière Ovlas Trading SA enregistrée en 2003 par Mossack Fonseca aux îles Vierges britanniques et dirigée par son neveu, Sayyu Dantata.

Des liens avec plusieurs autres sociétés offshore réfutés par le groupe

Ce dernier dirige MRS Holdings qui est présent au Nigeria, au Cameroun, au Bénin, au Togo et en Côte d’Ivoire, dans les carburants et les lubrifiants.

Selon un document consulté par Le Monde daté de 2009, les deux hommes sont actionnaires d’Ovlas Trading SA, qui était doté d’un capital d’un million de dollars. Toujours selon le quotidien français, l’autre actionnaire d’Ovlas Trading SA a été la société Oil & Gas Co Ltd, l’une des filiales de MRS Holdings (ainsi que cela figure sur le site de MRS).

En 2011, toujours selon Le Monde et les « Panama papers », Ovlas SA change de nom pour devenir Petrowest SA, et de juridiction pour s’établir aux Seychelles.

À noter que Petrowest SA n’apparaît pas dans les filiales de MRS. En revanche, la société Petro West LTD est mentionnée sans que l’on puisse établir si elle correspond à la même entité.

Pour Le Monde, Sayyu Dantata est le principal actionnaire de Petrowest SA aux côtés de Patrice Alberti. Ce dernier est un ancien banquier de BNP Paribas, où il était spécialisé sur l’Afrique de l’Ouest, avant de rejoindre MRS Group en 2004.

En ce qui concerne la participation d’Aliko Dangote à l’actionnariat de Petrowest SA et dans plusieurs autres sociétés aux Seychelles et au Panama, évoquée par Premium Times au Nigeria, elle a été « catégoriquement » nié par le groupe dans une réaction publié par le site d’information nigérian.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici