Mali : comment la DGSE a arrêté Souleymane Keïta, l’émir d’Ansar Eddine du Sud

Par - à Bamako

Souleymane Keïta, 47 ans, émir de la katiba Halid Ibn Walid. © DR

Souleymane Keïta, l'émir de la katiba Halid Ibn Walid soupçonnée de nombreux actes terroristes au Mali, a été arrêté près de la frontière mauritanienne. Retour sur une traque longue de plus de dix mois.

Le 29 mars dernier, une unité des forces spéciales maliennes détachée à la Direction générale de la sécurité d’État (DGSE), les services de renseignement, arrête Souleymane Keïta, 47 ans, émir de la katiba Halid Ibn Walid, la branche de Ansar Eddine opérant dans le sud du Mali, notamment dans la région de Sikasso. Mais ce n’est pas dans le sud du Mali que le natif de Kaolack, au Sénégal, a été appréhendé.

« Au moment de son arrestation, Souleymane Keïta était seul dans son refuge de la foret de Wagadou, à la frontière avec la Mauritanie », dans le nord de la région de Ségou, précise un officier malien. L’Unité des forces spéciales maliennes l’a aussitôt amené à Bamako pour l’y placer dans une cellule de la DGSE. Une traque de plus de dix mois prenait fin. Souleymane Keïta est notamment suspecté d’être le cerveau des attaques terroristes contre les forces maliennes dans les villages de Fakola et de Misseni, près de Sikasso et de la frontière avec la Côte d’Ivoire, au mois de juin 2015. Depuis, les forces armées maliennes ont détruit sa base de la forêt de Sama, située à la frontière entre le Mali et la Côte d’ivoire.

Famille malinké

Souleymane Keïta s’était enfui vers la Guinée voisine, alors que sept de ses combattants – parmi lesquels son gendre et numéro deux de la katiba, Amadou Diangadou – étaient arrêtés et remis à la DGSE malienne par la police ivoirienne au mois de septembre dernier. Souleymane Keïta s’était caché en Guinée où la DGSE malienne le pistait discrètement. « À chaque étape de sa cavale, on savait exactement dans quel pays il se trouvait, mais nous ne voulions pas alerter les autorités des pays où il se cachait pour des raisons qui nous sont propres. En ce qui concerne la Guinée, par exemple, nous savons que Souleymane Keïta est d’une grande famille malinké qui a des origines guinéennes. Ainsi, pour des raisons culturelles, il nous fallait agir seuls », confie le même officier de sécurité malienne.

Pendant sa cavale, Souleymane Keïta changera plusieurs fois de pays. Apres la Guinée, il est passé en Sierra Leone, puis en Gambie avant de revenir début mars 2016 au Mali ou il trouve refuge chez les combattants du Front de Libération du Macina, dans la forêt de Wagadou.

En route pour Kidal

Selon un communiqué des services de renseignement malien, Keïta était sur le point de rejoindre Iyad Ag Ghaly, chef de Ansar Eddine, dans la région de Kidal et plus précisément dans les montagnes de l’Adrar des Ifoghas. Les deux hommes se sont connus dans les années 2000 à Bamako, à la mosquée Markaze, du mouvement tabligh, et ont toujours gardé un solide lien d’amitié.

Rompu au maniement des armes à la suite d’une formation militaire reçue en Égypte à l’occasion d’un voyage d’études « religieuses » (comme il en fit en Arabie saoudite), Souleymane Keïta « a servi aussi comme sergent recruteur de jeunes talibés au profit des jihadistes qui avaient occupé le septentrion malien », en 2012, affirme la DGSE dans un communique diffusé à la presse.