Maroc : quand Gad Elmaleh répond à ses détracteurs en arabe dialectal

Par Jeune Afrique

Gad Elmaleh, fier de ses origines marocaines. © Wikimedia Commons/Georges Biard

Fier de ses origines marocaines, l'humoriste Gad Elmaleh le dit haut et fort en darija sur son compte Instagram. Une nouvelle preuve d’amour pour son pays et ses fans marocains.

Dans une vidéo de quelques secondes publiée jeudi 31 mars sur son compte Instagram, l’humoriste répond en darija (arabe dialectal marocain) aux personnes qui lui reprochent d’oublier ses origines et de ne pas assez s’exprimer en arabe sur les réseaux sociaux.

Fier du passeport vert

« Tout le monde me demande ‘pourquoi tu ne parles pas en darija sur ton compte Instagram ?’ Écoute, je suis Marocain, Bidaoui et Casaoui. Si tu ne comprends pas, si tu ne vois pas, si tu… Regardes, voilà mon passeport marocain ! » a lancé Gad Elmaleh à ses près de 800 000 « followers » sur le réseau social, avec un bon accent casaoui. Il brandit ensuite avec fierté son passeport devant la caméra.

#Morrocan #Darija 😘

A video posted by Gad Elmaleh (@gadelmaleh) on

 

Plusieurs clins d’œil au Maroc

Installé aux États-Unis depuis un peu plus de deux ans, l’acteur et humoriste n’en oublie pas pour autant son pays d’origine. Invité de la matinale d’Europe 1 ce vendredi 1er avril, l’acteur et humoriste Gad Elmaleh est revenu sur ses grands débuts à New-York et sur le fameux rêve américain, qu’il compare à une relation amoureuse : « J’ai l’impression que le Maroc c’est ma mère, la France c’est ma femme et New York c’est ma maîtresse ».

Le 25 janvier, sur le plateau du Daily Show, il avait aussi expliqué à l’animateur Trevor Noah qu’il vient « d’Afrique du nord, plus précisément du Maroc », ajoutant que « les Américains ne connaissent pas vraiment mon pays, ils ne savent pas trop où le situer. »

Engagé pour son pays, il n’hésite pas à afficher les couleurs du drapeau national sur sa photo de profil Facebook pour célébrer le 40e anniversaire de la Marche verte, à encourager les jeunes talents locaux ou encore à s’engager contre le tabagisme auprès des jeunes Marocains, dans un spot diffusé en 2014. Il fait partie de ces Franco-Marocains, de plus en plus nombreux, qui se sont intégrés dans leurs pays d’accueil et y ont construit une carrière sans pour autant oublier leurs racines. Ce qui n’est pas pour déplaire au roi Mohammed VI, qui cherche à positionner le Maroc sur la scène internationale.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici