Angola : un groupe se réclamant d’Anonymous revendique des attaques contre des sites gouvernementaux

Un homme porte le masque de Guy Fawkes, l'un des symboles d'Anonymous. Photo d'illustration. © Luca Bruno/AP/SIPA

Un groupe se réclamant du collectif Anonymous a revendiqué mardi soir une série d'attaques contre les sites internet officiels angolais après la condamnation lundi de 17 opposants politiques à des peines de prison ferme.

« Les vrais criminels sont dehors », assure le groupe Anonymous Portugal dans un court message publié mardi 29 mars au soir sur Facebook, faisant référence aux peines de prison prononcées à l’encontre de 17 opposants au président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 1979.

« Quatre à huit ans de prison… Et des attaques contre les droits de l’Homme qui ne seront jamais dévoilées. La lutte continue », poursuit le groupe.

Depuis, une vingtaine de sites liés au pouvoir angolais – dont celui du gouvernement et de plusieurs ministères – étaient toujours inaccessibles mercredi en fin d’après-midi.

« Un affront à la justice » 

Anonymous Portugal fait explicitement référence au célèbre rappeur et opposant Luaty Beirao, condamné lundi à cinq ans et demi de prison pour « rébellion contre le président la République, association de malfaiteurs et falsification de documents ».

Seize autres opposants ont également été condamnés à des peines allant de 2 à 8 ans au terme d’un procès dénoncé comme inéquitable par de nombreuses organisations internationales. Parmi les condamnés, Domingos da Cruz a écopé de 8 ans et demi de prison pour « tentative de coup d’État et association de malfaiteurs ».

« La condamnation de ces 17 activistes pacifiques est un affront à la justice. Ils doivent être libérés », s’est insurgé le secrétaire général d’Amnesty, Salil Shetty :