Congo-Brazzaville : des journalistes de l’AFP et du « Monde » agressés

Par Jeune Afrique avec AFP

Christophe Châtelot, journaliste du Monde, en reportage à Kinshasa, en 2011. © DR

Des journalistes de l'AFP et du quotidien français "Le Monde" couvrant l'élection présidentielle au Congo ont été agressés, mercredi, à Brazzaville. Alors qu'ils venaient de recueillir les propos d'un candidat de l'opposition, des hommes se présentant comme des policiers les ont molestés et dépouillés de leur matériel professionnel et effets personnels.

Les trois journalistes, accrédités pour couvrir le premier tour de l’élection présidentielle de dimanche, ont été agressés par quatre individus en civil descendus d’un véhicule 4×4 blanc qui les a bloqués à un rond-point, à quelque 500 mètres du domicile du général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat d’opposition à la présidentielle, qui venait d’annoncer qu’il contestait les résultats préliminaires officiels du scrutin.

Les hommes se sont présentés comme des policiers, mais ont refusé de montrer leurs cartes professionnelles, comme leur ont demandé les journalistes. Ils ont molesté ces derniers, frappant notamment au visage un journaliste de l’AFP, et ils les ont dépouillés de leur matériel professionnel et de leurs affaires personnelles, notamment leurs téléphones et papiers d’identité.

Alertés par les appels au secours, des policiers en tenue d’un commissariat tout proche sont venus sur les lieux, mais sans intervenir pour empêcher l’agression, ni le départ de ses auteurs. Les journalistes ont été reçus dans l’après-midi au commissariat du Centre de Brazzaville, accompagnés du consul adjoint de France, où ils ont rempli une main courante. Une plainte formelle devait être reçue jeudi 24 mars au matin.

« L’AFP proteste vivement »

« L’AFP proteste vivement contre l’agression de son équipe de journalistes et d’un journaliste du Monde, attaqués violemment et dépouillés de leurs effets alors qu’ils sortaient d’un point de presse avec un candidat d’opposition à l’élection présidentielle. L’AFP demande au gouvernement du Congo d’assurer en toutes circonstances la sécurité des journalistes couvrant ce scrutin », a déclaré la directrice de l’information de l’AFP, Michèle Léridon.

La direction du Monde a également protesté suite à l’agression de son journaliste, Christophe Châtelot. Le porte-parole du gouvernement congolais n’avait pu être joint en début de soirée par l’AFP pour réagir, en dépit d’appels répétés.