Fermer

Mali : retour sur le régime de Moussa Traoré en dix dates

Moussa Traoré, ancien président du Mali, en 1984 à Bonn, en Allemagne. © HERMANN J. KNIPPERTZ/AP/SIPA

L'ancien président malien a été chassé du pouvoir il y a un quart de siècle, le 26 mars 1991. L'occasion de revenir sur les dates clés de son long régime dictatorial.

19 novembre 1968 : coup d’État contre le président Modibo Keïta

S’appuyant sur un mécontentement populaire grandissant à l’égard de Modibo Keïta, un groupe de jeunes officiers, dont le lieutenant Moussa Traoré, renversent le « père de l’indépendance » malienne le 19 novembre 1968. Les putschistes mettent en place un Comité militaire de libération nationale (CMLN) qui abolit la Constitution et instaure un régime d’exception dont le CMLN est l’organe suprême.

19 septembre 1969 : Moussa Traoré devient président de la République

Jusqu’alors président du CMLN, Moussa Traoré devient officiellement président de la République et chef de l’État le 19 septembre 1969. Il évince au passage le capitaine Yoro Diakité, autre putschiste devenu son rival qui occupait jusque-là la fonction de Premier ministre. Accusé de tentative de coup d’État en 1971, Diakité est arrêté, condamné aux travaux forcés à vie et meurt de mauvais traitement en détention à Taoudeni, dans le nord-ouest du pays, en 1973.

J.L.Dolmaire/Jeune Afrique

Moussa Traoré et son épouse, Mariam. © J.L.Dolmaire/Jeune Afrique

2 juin 1974 : adoption de la Constitution instaurant la seconde République

Le Mali de Moussa Traoré adopte une nouvelle Constitution le 2 juin 1974. Adoptée par référendum avec le score stalinien de 99 % des voix, celle-ci instaure le passage à la seconde République, et dote le pays d’un parti unique, d’une Assemblée nationale et d’un président élu au suffrage universel pour cinq ans, lequel est déjà tout trouvé : Moussa Traoré.

30 mars 1976 : création de l’UDPM, le parti unique

Deux ans après l’adoption de la nouvelle Constitution, Moussa Traoré fonde son parti unique : l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), avec lequel il entend lisser l’image de son régime militaire et dictatorial. Il restera le seul parti autorisé jusqu’à la fin du régime de Moussa Traoré. Lors des premières élections de la seconde République, en 1979, Traoré est l’unique candidat à la présidentielle et seuls des membres de l’UDPM sont candidats aux législatives. Parallèlement à l’UDPM, Moussa Traoré fonde aussi l’Union nationale des jeunes du Mali afin de contenir les élans contestataires de la jeunesse.

16 mai 1977 : décès de Modibo Keïta

Envoyé en détention à Kidal, dans le nord-est désertique du pays, Modibo Keïta meurt le 16 mai 1977, à l’âge de 62 ans, dans des circonstances suspectes et encore non-élucidées. Empoisonnement ? Mauvais traitement ? Manque de soins ? Aucune autopsie ne sera jamais pratiquée sur le corps de l’ancien président. De son côté, le régime de Moussa Traoré évoque officiellement un « œdème pulmonaire », tandis que des manifestations en marge de l’enterrement de Modibo Keïta sont violemment réprimées.

ONU/Archives Jeune Afrique

Modibo Keïta aux Nations Unies, à New-York, le 15 septembre 1961. © ONU/Archives Jeune Afrique

17 mars 1980 : assassinat d’Abdoul Karim Camara, dit « Cabral »

La jeunesse malienne est en première ligne dans la contestation du régime de Moussa Traoré. Une organisation, l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali (UNEEM), multiplie les manifestations et les appels à la grève malgré son interdiction par les autorités. Le 16 mars 1980, le secrétaire général de l’UNEEM, Abdoul Karim Camara, plus connu sous le nom de « Cabral », est arrêté. Torturé à mort, il décède le lendemain. Son assassinat provoque de nouvelles manifestations d’étudiants, qui s’affirment de plus en plus comme les fers de lance de l’opposition à Traoré.

25 décembre 1985 : début de la seconde « guerre des pauvres »

Voilà plusieurs mois que la tension est à son comble entre le Mali de Moussa Traoré et le Burkina Faso de Thomas Sankara. Le 25 décembre, profitant d’un nouvel incident dans la bande d’Agacher, une zone frontalière litigieuse que se disputent les deux voisins depuis des années, l’armée malienne lance une offensive en territoire burkinabè. Les combats durent cinq jours avant la signature d’un cessez-le-feu sous l’égide d’une médiation ouest-africaine. Plus d’une centaine de Burkinabè et d’une quarantaine de Maliens sont tués, militaires et civils confondus. Quant à la bande d’Agacher, elle est finalement partagée entre les deux belligérants en décembre 1986, à la suite d’une décision de la Cour internationale de justice de La Haye, aux Pays-Bas.

Michel Saouma/Archives Jeune Afrique

L'accolade entre Moussa Traoré (g) et Thomas Sankara (d) met fin à la "guerre des pauvres" entre le Mali et le Burkina, le 17 janvier 1986 à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. © Michel Saouma/Archives Jeune Afrique

27 juin 1990 : début de la rébellion touarègue menée par Iyad Ag Ghaly

Alors que de nombreuses voix et organisations politiques réclament le passage au multipartisme, commençant à faire chanceler le régime de Moussa Traoré à Bamako, la situation s’envenime également dans le Nord du pays. Le 27 juin 1990, un poste de gendarmerie est attaqué par des touaregs armés à Ménaka. C’est le début d’une nouvelle rébellion touarègue, menée par le Mouvement populaire de l’Azawad (MPA) d’Iyad Ag Ghaly.

22 mars 1991 : création du Mouvement démocratique

Sur fond de revendications en faveur du multipartisme, la grogne monte contre Moussa Traoré à Bamako. Le 17 mars 1991, plusieurs partis et associations politiques défilent dans la capitale en mémoire d’Abdoul Karim Camara, dit « Cabral », le leader étudiant assassiné le 17 mars 1980. Quelques jours plus tard, le 22 mars, ces organisations contestataires mettent sur pied un Comité de coordination des associations et des organisations démocratiques, plus communément appelé Mouvement démocratique.

26 mars 1991 : Moussa Traoré est renversé par un coup d’État

Les manifestations du Mouvement démocratique sont durement réprimées dans le sang par les forces de sécurité. La situation est explosive dans la capitale malienne. Le 26 mars 1991, plusieurs officiers montent un coup d’État, arrêtent Moussa Traoré, et mettent en place un Comité de transition pour le salut du peuple dirigé par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré (ATT). Le désormais ex-président est emprisonné et condamné à mort en 1993. Son successeur, Alpha Oumar Konaré, commue sa peine en prison à la perpétuité puis le gracie finalement en 2002.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici