Présidentielle au Congo : les États-Unis appellent au calme et au rétablissement des communications

Un bureau de vote à Brazzaville, le 20 mars 2016. © John bompengo/AP/SIPA

En attendant les résultats de la présidentielle du 20 mars au Congo-Brazzaville, le département d'État américain a exhorté lundi soir les Congolais à "éviter toute spéculation". Un appel a également été lancé aux autorités pour qu'elles rétablissent les communications dans le pays.

« Nous demandons à tous les dirigeants politiques [du Congo-Brazzaville] de renoncer à la violence, d’appeler leurs partisans au calme et de chercher à résoudre tout différend de manière apaisée (…) », a déclaré, le 21 mars au soir, John Kirby, porte-parole du département d’État américain.

Au même moment, des résultats partiels de la présidentielle du 20 mars, repris dans une note interne de la Commission électorale nationale indépendante (CNEI) consultée par Jeune Afrique, plaçaient Denis Sassou Nguesso, le président sortant, en tête avec 61,4 % des voix sur 52,7 % des suffrages exprimés. « Au moment où le dépouillement se poursuit, les États-Unis exhortent les Congolais à faire preuve de patience et à éviter toute spéculation », a plaidé John Kirby.

« Conclure le processus électoral avec transparence »

Le porte-parole du département d’État a également indiqué que les États-Unis étaient préoccupés par « nombreux rapports d’irrégularités, qui constituent une source d’inquiétude quant à la crédibilité du processus. » Allusion faite notamment au « blocus sur les communications pendant le déroulement du scrutin, à un environnement médiatique déséquilibré et restrictif, à une disparité significative dans l’accès aux ressources de l’État, à un calendrier raccourci pour la préparation des élections et à des restrictions sur les libertés (…) ».

Même son de cloche à Paris. Le Quai d’Orsay a en effet rappelé mardi que « le scrutin [du 20 mars] s’est déroulé dans un contexte préoccupant », soulignant l’attachement de la France à « la transparence et à l’équité du processus électoral à toutes les étapes ».

« Nous exhortons les autorités congolaises à rétablir les communications et à conclure le processus électoral avec exactitude, crédibilité, équité et transparence », a martelé de son côté John Kirby. Un appel qu’il a repris sur son compte Twitter.

Des Congolais attachés à la démocratie, selon Washington

Le département d’État a aussi relevé l’« enthousiasme » et la « détermination » du peuple congolais à « s’inscrire sur les listes électorales, puis à s’engager de manière pacifique en dépit de nombreux obstacles ».

Cela se traduit, selon Washington, par une « participation active au scrutin du 20 mars ». Une démonstration de « l’attachement du peuple congolais à la démocratie ».