Agroalimentaire

Castel et Somdiaa, une fusion pur sucre

Alexandre Vilgrain, patron de Somdiaa, s'est associé au groupe Castel. © Bruno Levy pour J.A.

Après deux années de négociations, une union entre le groupe Castel et Somdiaa a reçu la bénédiction des autorités de la concurrence de la Cemac.

C’est officiel depuis le 3 janvier, après accord des autorités de la concurrence de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Castel, le géant de la bière sur le continent, est entré à hauteur d’au moins 45 % dans le groupe agro-industriel Somdiaa, présent dans l’activité sucrière au Congo-Brazzaville (Saris), au Cameroun (Sosucam) et au Tchad (CST).

Outre le rachat de parts à la famille Vilgrain (qui détenait 95 % de Somdiaa) et de nouvelles capacités d’investissements, Castel a apporté ses actifs sucriers : quatre sucreries (deux en Côte d’Ivoire, une en Centrafrique et une au Gabon) pour un chiffre d’affaires annuel avoisinant les 500 millions d’euros.

Les premiers contacts entre les deux parties remontaient en fait à janvier 2009, lorsque le fonds d’investissement Emerging Capital Partners a cédé 15 % du capital de Somdiaa à son PDG, Alexandre Vilgrain. Depuis, ce dernier était à la recherche d’un nouveau partenaire. Le deal avec Pierre Castel a été déposé sur les bureaux de la Cemac en juin dernier.

« Bien plus qu’un accord capitalistique, c’est surtout une stratégie industrielle. Nous avons constitué un champion en zone Cemac dans l’agro-industrie. Somdiaa est à présent adossé à un groupe qui offre de nouvelles capacités d’investissements », explique Alexandre Vilgrain. La production actuelle est de 370 000 tonnes de sucre mais, très rapidement, il est question de passer à 500 000 t. « Face aux géants brésiliens, nous commençons à avoir une taille critique », ajoute le PDG. Avec à la clé une belle synergie, des plantations sucrières (dans lesquelles Somdiaa a accumulé une réelle expertise) jusqu’aux brasseries Castel (qui règnent en maître en Afrique francophone).

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte