Tchad : début de la campagne présidentielle avec un meeting d’Idriss Déby Itno

Par Jeune Afrique avec AFP

Idriss Déby Itno, le président du Tchad. © Vincent Fournier/J.A.

La campagne électorale pour la présidentielle du 10 avril a débuté dimanche au Tchad, avec un meeting du président sortant Idriss Déby Itno. Candidat à sa propre succession, il a promis un "premier tour K.O.".

« Nous avons un programme politique et nous avons des acquis. Nous avons aujourd’hui un pays stable, un pays en paix, un pays tourné vers l’émergence », a déclaré le président Déby lors d’un grand meeting à N’Djamena, assurant aux milliers de partisans présents un « premier tour K.O. » face à ses adversaires de l’opposition.

De nouvelles promesses

En cas de réélection, le chef de l’État, au pouvoir depuis 26 ans, s’est engagé à fournir « l’accès à l’eau, à la santé de qualité, au logement décent » pour tous.

« La lutte contre la pauvreté sera au cœur de mon action », a-t-il ajouté, affirmant que « des routes, des chemins de fer et des édifices publics seront construit au cours du prochain quinquennat ».

Invectives lancées à l’opposition

« Ils n’ont pas de programme politique », a affirmé le président tchadien. « La constitution tchadienne me donne le droit de me présenter, pourquoi la société civile s’y oppose ? », a demandé Idriss Déby Itno, faisant allusion au mouvement associatif qui a organisé plusieurs manifestations pour demander son départ du pouvoir ces dernières semaines. « S’ils n’ont rien à faire qu’ils dorment », a-t-il continué.

Manifestations publiques interdites

Samedi, le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration Ahmat Mahamat Bachir, a annoncé à la radio nationale l’interdiction « pure et simple » de « toute manifestation publique qui sort du cadre de la campagne électorale ».

« Ne sont autorisées, pendant cette période de campagne électorale, que les manifestations des candidats aux élections présidentielles », a-t-il précisé.

Or, l’un des principaux mouvements de la société civile, « IYINA » (« on est fatigués », en arabe local) a prévu une marche pacifique mardi pour protester contre la candidature du président sortant.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici