Fermer

Khalid Fellahi : « ‘Ensemble, Western Union et MTN ont un potentiel énorme »

Khalid Fellahi est vice-président Afrique chez Western Union. © D.R.

Directeur des transactions mobile de Western Union, Khalid Fellahi revient sur l'accord passé entre sa société et MTN pour les transferts d'argent via les téléphones portables.

 

JEUNE AFRIQUE : Début novembre, vous avez annoncé un accord avec MTN. De quoi s’agit-il ?

Khalid Fellahi : Il s’agit d’un partenariat pour les transferts d’argent internationaux qui couvrira à terme tous les pays africains où MTN aura déployé son porte-monnaie électronique. Nous nous chargeons de l’envoi et MTN assure la réception. Le service démarrera début 2011 en Ouganda, puis sera étendu par séquences à d’autres pays comme l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Cameroun…

Comment cela fonctionne-t-il ?

Concrètement, l’argent est envoyé à partir d’une de nos agences réparties dans 200 pays et arrive directement sur le téléphone du destinataire. Le montant peut être ensuite retiré dans le réseau de boutiques partenaires de MTN, qui présente l’avantage d’être dense y compris dans les zones reculées. Le montant peut aussi être transféré au niveau national ou utilisé pour payer des factures. Par ailleurs, ce dispositif permet aux abonnés MTN d’envoyer de l’argent depuis leur téléphone vers l’étranger via le réseau Western Union.

Quel est le potentiel de ce service ?

Énorme, car un grand nombre d’Africains reçoivent de l’argent de l’étranger. Plus de 500 millions de dollars [375 millions d’euros, NDLR] sont envoyés chaque année vers l’Ouganda. Un rapport du cabinet d’intelligence économique Juniper prévoit que, en 2014, 65 milliards de dollars seront transférés au niveau mondial grâce au mobile. Pour Western Union, l’utilisation du porte-monnaie mobile est un axe de développement stratégique, pas une source de revenu immédiate.

Le prix du transfert va-t-il baisser grâce au mobile ?

C’est trop tôt pour le dire. Cette nouvelle offre permet davantage de souplesse dans son utilisation par les consommateurs, mais in fine le service est le même. Le coût doit toujours couvrir les charges induites par les agences nécessaires à l’envoi et au retrait des transferts. Bien sûr, nous restons attentifs à nos tarifs. Pour envoyer 100 livres sterling du Royaume-Uni au Kenya, la commission s’élève par exemple à 4,90 livres

N’y a-t-il pas des risques de fraudes ?

Transférer de l’argent via ce système s’apparente à faire la même chose vers un compte bancaire. Lors de l’ouverture du porte-monnaie mobile, tous les utilisateurs sont tenus de fournir un justificatif d’identité.

Comment sont répartis les revenus ?

L’arrangement commercial entre les partenaires reste confidentiel. Bien sûr, une partie de la commission payée lors de l’envoi est reversée à MTN. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici