Centrafrique : 333 enfants tués et 589 mutilés pendant la crise, selon l’ONU

Par Jeune Afrique

Munitions saisies à Bria (centre-est), Centrafrique, le 11 février 2015 © Nations unies / Flickr

Les Nations unies ont documenté le meurtre de 333 enfants et la mutilation de 589 autres au cours des vagues successives de violences en Centrafrique depuis 2013, selon un nouveau rapport sur la situation des enfants dans le pays, publié lundi.

« En 2013 et 2014, au plus fort de la crise, les enfants ont été victimes de violations extrêmement graves commises dans un climat d’impunité totale », a déclaré la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, lundi 7 mars.

Selon les Nations unies, ces centaines de garçons et de filles « ont été tués ou blessés à la machette, par armes à feu et d’autres types d’armes, parfois de manière extrêmement brutale. Lors d’incidents particulièrement horribles documentés dans le rapport, des enfants ont été décapités ».

Entre 6000 et 10 000 enfants recrutés par les groupes armés

Depuis la crise de 2013, le recrutement d’enfants par des groupes armés a nettement augmenté, insiste le rapport. En 2014, l’Unicef estimait qu’entre 6 000 et 10 000 enfants étaient associés à toutes les parties du conflit.

Des chiffres qui font écho à ceux publiés la semaine dernière par deux ONG américaines, selon lesquelles l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony aurait enlevé plus de 200 personnes depuis le début de l’année 2016, dont une cinquantaine d’enfants.

« Les enfants ont été utilisés comme combattants, esclaves sexuels, pour effectuer des pillages et dans divers rôles de soutien », explique le rapport de l’ONU. « Durant les pics de violence, ils ont été vus en grand nombre, associés aux groupes armés, et souvent utilisés pour ériger des barricades et garder des barrages routiers ».

Dans certains cas, documentés par les Nations unies, les enfants ont été « utilisés comme boucliers humains ou pour attirer les forces internationales dans des embuscades ».

500 cas de violences sexuelles depuis 2011

Au total, depuis 2011, plus de 500 cas de viols et autres formes de violences sexuelles ont été recensés par les Nations unies, dont certains « commis par des membres des forces internationales de maintien de la paix ». Pour l’année 2015, l’ONU a enregistré 69 cas d’abus sexuels perpétrés par ses Casques bleus, principalement en Centrafrique et en RD Congo.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici